Saturday, 15 December 2007

gen ivashov about hillary

Strategic Culture Foundation

online magazine



What We Should Expect From Hillary Clinton

Hillary Clinton, the wife of the former US President Bill Clinton and a 2008 presidential race favorite recently unveiled her international politics agenda in a paper in Foreign Affairs. (Hillary Rodham Clinton. Security and Opportunity for the Twenty-first Century. Foreign Affairs, November/December, 2007). The publication provides a fairly critical account of a number of aspects of G. Bush’s presidency.
A wind of change in the US foreign politics? Hardly so. The analysis of the criticism directed at the Republican Administration by H. Clinton and of the plans drawn in her paper shows that no radical changes in Washington’s global strategy can be expected in the foreseeable future.
What H. Clinton criticizes G. Bush and his administration for is by no means their tendency towards global dominance or the underlying strategy formulated by the US Congress in 2005 as «gaining an unobstructed access to the world’s key regions, strategic communications, and global resources» (in other words, gaining control over all of the above).
The US quest for global hegemony has persisted for over a century. Only methods do evolve. Whereas Rear Admiral A. Mahan, a prominent late XIX-century US geostrategist, emphasized the importance of the sea power, military activity, and the strategy of strangling Eurasian continental powers in the «anaconda coils», US President W. Wilson espoused the idea of a «peaceful» partition of rival countries and their subsequent occupation. US President W. Taft suggested using the US dollar as the instrument of subduing other nations. The common elements of those strategies were both the idea of the US global dominance and the notion that Russia had to be chosen as the prime target of such efforts.
H. Clinton’s approaches to international issues are not essentially new. This is no surprise – her foreign politics advisors – M. Albright and S. Talbott – are the authors of the US aggression against Serbs.
Continuity is an indispensable trait of the US foreign politics. B. Clinton’s presidency was marked by a powerful NATO and US attack on Yugoslavia. The course taken by his successor G. Bush envisions «a peaceful resolution» of the Balkan crisis. The partition of the former Yugoslavia continues in the form of the separation of first the Montenegro, and, as the next step, Kosovo from Serbia.
If elected, H. Clinton intends to do the same in Iraq. Currently, she is leveling criticism at G. Bush for the US military involvement in the country, but this should not be taken too seriously. Similarly, G. Bush criticized B. Clinton for Yugoslavia while being the presidential contender. This political ping-pong is a game routinely played by the US Republicans and Democrats. No doubt, in case H. Clinton makes it to the White House in 2008, she will bring to the completion the ongoing process of partitioning Iraq into three minor pseudo-independent states. Such is the general logic of the US global strategy implemented regardless of who is the current President.
H. Clinton stresses that leadership is «based on respect more than fear», while also explaining that «there is a time for force and a time for diplomacy». In other words, initially the US interests must be promoted with the help of civilian means (as it was in the case of S. Milosevic), and later comes the time to resort to force (as in the cases of Serbs, Iraqis, etc).
H. Clinton’s loud phrases concerning the peace plan for Iraq and the withdrawal of the US troops from the country are immediately offset by the statement that «...we will have to replenish American power by getting out of Iraq, rebuilding our military, and developing a much broader arsenal of tools in the fight against terrorism». The reasoning is the same as that of G. Bush. Consequently, we should expect to see point strikes against Al-Qaeda (a truly universal pretext) and some other terrorist groups, whose names are not hard to invent no matter what country is being dealt with. Consequently, US military bases will remain in the Iraqi Kurdistan even after their withdrawal from the southern and central parts of Iraq. By the way, G. Bush is already creating the infrastructure for deploying the US troops in Kurdistan, perhaps as a gift to give his successor.
One can discern only minor divergences in H. Clinton’s and G. Bush’s approaches to building up the US military might.
For example: «... I will work to expand and modernize the military ... the Bush Administration has undermined this goal by focusing obsessively on expensive and unproven missile defense technology... ». Seeking any kind of international balance is not even considered – the plan is to pursue the absolute US military and technological superiority. The problem with G. Bush as seen by H. Clinton is solely that he has not done a sufficiently good job to that end. By the way, just recently, the predominantly Democratic US Congress allocated some extra $100 mln to create a space shuttle with a strike capability, which is going to hit targets from the space orbit at distances over 16,500 km.
H. Clinton also pledges to raise the efficiency of the US intelligence community, to turn it into «a clandestine service that is out on the street, not sitting behind desks». Obviously, this refers to a focus on the operations abroad. H. Clinton clearly intends to use stick and carrot in dealing with Iran’s nuclear program. Should Tehran refuse to accept the US terms, then no type of response will be ruled out. In this respect, there are no differences with the policy of the current Administration whatsoever.
Finally, what’s new in H. Clinton’s approach to the Russian-US relations? Her opinion is that Russia is among the countries which «... are not adversaries but that are challenging the United States on many fronts». The contentious issues include Kosovo, the alleged use of fuel supplies as the political leverage against Russia’s CIS neighbors, and Russia’s trying the patience of the US and Europe in what concerns nonproliferation and arms control (the latter is a clear reference to Russia’s freezing its participation in the Treaty on Conventional Armed Forces in Europe (CFE), which was defunct anyhow).
And, of course, Mrs. Clinton criticizes V. Putin who has «suppressed many of the freedoms won after the fall of communism». She finds it inconceivable that Russia and the US might adhere to different interpretations of democracy and that Russia will never opt for the «US-style» democracy. Nevertheless, she is convinced that Russia should be engaged in resolving the international problems important to the US. Thus, the role reserved for Russia is that of an assistant (Moscow’s having a strategy of its own must be something impossible to imagine).
Speaking of H. Clinton’s foreign relations agenda, one concludes that the US goals in international politics have not changed over decades. Therefore, it does not make a great difference who exactly moves into the White House.

Thursday, 13 December 2007

food vs. energy

Food vs. Fuel

By Robert J. Samuelson

Wednesday, December 12, 2007; A29

If people can’t eat, they can’t do much else. One of the great achievements of the past century has been the enormous expansion of food production, which has virtually eliminated starvation in advanced countries and has made huge gains against it in poor countries. Since 1961, world population has increased 112 percent; meanwhile, global production is up 164 percent for grains and almost 700 percent for meats. We owe this mainly to better seed varieties, more fertilizer, more mechanization and better farm practices. Food in most developed countries is so plentiful and inexpensive that obesity—partly caused by overeating—is a major social problem.
But the world food system may now be undergoing a radical break with this past. « The end of cheap food » is how the Economist magazine recently described it. During the past year, prices of basic grains (wheat, corn) and oilseeds (soybeans) have soared. Corn that had been selling at about $2 a bushel is now more than $3; wheat that had been averaging $3 to $4 a bushel has recently hovered around $9. Because feed grains are a major cost in meat, dairy and poultry production, retail prices have also risen. In the United States, dairy prices are up 13 percent in 2007; egg prices have risen 42 percent in the past year. Other countries are also experiencing increases.
Higher grocery prices obviously make it harder to achieve economic growth and low inflation simultaneously. But if higher food prices encouraged better eating habits, they might actually have some benefits in richer societies. The truly grave consequences involve poor countries, where higher prices threaten more hunger and malnutrition.
To be sure, some farmers in these countries benefit from higher prices. But many poor countries— including most in sub-Saharan Africa—are net grain importers, says the International Food Policy Research Institute, a Washington-based think tank. In some of these countries, the poorest of the poor spend 70 percent or more of their budgets on food. About a third of the population of sub-Saharan Africa is undernourished, according to the Food and Agriculture Organization of the United Nations. That proportion has barely changed since the early 1990s. High food prices make gains harder.
What’s disturbing is that the present run-up doesn’t seem to be temporary. Of course, farming is always hostage to Mother Nature, and drought in Australia has cut the wheat harvest and contributed to higher worldwide prices. But the larger causes lie elsewhere. One is growing prosperity in China, India, other Asian countries and Latin America. As people become richer, they improve their diets by eating more protein in the form of meat and dairy products. The demand for animal feed grains rises. This has been going on for years and, until recently, was met by the steady gains in agricultural output from improved technology and management.
It’s the extra demand for grains to make biofuels, spurred heavily in the United States by government tax subsidies and fuel mandates, that has pushed prices dramatically higher. The Economist rightly calls these U.S. government subsidies « reckless. » Since 2000, the share of the U.S. corn crop devoted to ethanol production has increased from about 6 percent to about 25 percent—and is still headed up.
Farmers benefit from higher prices. Up to a point, investors in ethanol refineries also gain from the mandated use of their output (though high corn prices have eroded or eliminated their profits). But who else wins is unclear. Although global biofuel production has tripled since 2000, it still accounts for less than 3 percent of worldwide transportation fuel, reports the U.S. Agriculture Department. Even if all U.S. corn were diverted into ethanol, it would replace only about 12 percent of U.S. transportation fuel (and less of total oil use), according to one study.
Biofuels became politically fashionable because they combined benefits for farmers with popular causes: increasing energy « security »; curbing global warming. Unfortunately, the marriage is contrived. Not only are fuel savings meager, so are the environmental benefits. Substituting corn-based ethanol for gasoline results in little reduction in greenhouse gases. Indeed, the demand for biofuels encourages deforestation in developing countries; the New York Times recently reported the clearing of Indonesian forests to increase palm oil production for biofuel. Forests absorb carbon dioxide, a greenhouse gas.
This is not a case of unintended consequences. A new generation of « cellulosic » fuels (made from grasses, crop residue or wood chips) might deliver benefits, but the adverse effects of corn-based ethanol were widely anticipated. Government subsidies reflect the careless and cynical manipulation of worthy public goals for selfish ends. That the new farm bill may expand the ethanol mandates confirms an old lesson:
Having embraced a giveaway, politicians cannot stop it, no matter how dubious.

Wednesday, 5 December 2007

cossiga 911: opera della cia e del mossad


Osama-Berlusconi? «Trappola giornalistica»

«È un videomontaggio di Mediaset e fatto giungere ad
Al Jazira per rilanciare il Cavaliere in difficoltà»

ROMA - «A quanto mi è stato detto domani o dopo domani la più potente catena quotidiani-periodici del nostro Paese dovrebbe dare le prove, con uno scoop eccezionale, che il video (in realtà un audio, ndr) nel quale riappare Osama Bin Laden, leader del ‘Grande e potente movimento di Rinvicita Islamica Al Qaeda’, che Allah lo benedica!, nel quale sono formulate minacce anche all’ex premier Silvio Berlusconi, sarebbe nient’altro che un videomontaggio realizzato negli studi di Mediaset a Milano e fatto giungere alla rete televisiva islamista Al Jazira che lo ha ampiamente diffuso». Lo afferma il presidente emerito della Repubblica Francesco Cossiga in un comunicato.
«TRAPPOLA» - «La ‘trappola’ sarebbe stata montata, secondo la sopra citata catena di stampa, per sollevare una ondata di solidarietà verso Berlusconi, nel momento nel quale si trova in difficoltà anche a causa di un altro scoop della stessa catena giornalistica sugli intrecci tra la Rai e Mediaset», continua il senatore a vita. «Da ambienti vicini a Palazzo Chigi, centro nevralgico di direzione dell’intelligence italiana, si fa notare che la non autenticità del video è testimoniata dal fatto che Osama Bin Laden in esso ‘confessa’ che Al Qaeda sarebbe stato l’autore dell’attentato dell’11 settembre alle due torri in New York, mentre tutti gli ambienti democratici d’America e d’Europa, con in prima linea quelli del centrosinistra italiano, sanno ormai bene che il disastroso attentato è stato pianificato e realizzato dalla Cia americana e dal Mossad con l’aiuto del mondo sionista per mettere sotto accusa i Paesi arabi e per indurre le potenze occidentali ad intervenire sia in Iraq sia in Afghanistan. Per questo - conclude Cossiga - nessuna parola di solidarietà è giunta a Silvio Berlusconi, che sarebbe l’ideatore della geniale falsificazione, né dal Quirinale, né da Palazzo Chigi né da esponenti del centrosinistra!».
SOLIDARIETÀ - In realtà è giunta a Berlusconi la solidarietà per il governo di Vannino Chiti, ministro per i Rapporti con il Parlamento: «Esprimo la mia solidarietà a Silvio Berlusconi chiamato in causa, assieme ad altri leader europei, dal terrorista Osama Bin Laden nel suo messaggio di propaganda. Contro il terrorismo e contro queste farneticazioni deve essere forte l’unità delle forze politiche in Italia e l’impegno comune e la solidarietà dei popoli europei».

30 novembre 2007

Monday, 3 December 2007

l'amerique modere ses pretentions

Tigre de papier

Washington décrète un an de trêve globale
par Thierry Meyssan*

3 décembre 2007


À l’issue de deux ans de bras de fer à Washington, l’administration Bush-Cheney a fini par céder. Elle a accepté une suspension des grandes opérations militaires, à défaut de renoncer définitivement à sa politique de prédation tous azimuts. Thierry Meyssan décrit ce changement provisoire de cap et analyse ses conséquences internationales.

Le 29 novembre 2007, le président Bush annonce son nouveau budget militaire et refuse de le lier à un retrait d'Irak. Malgré la rhétorique martiale, il s'agit bien d'un pas en arrière. Le 29 novembre 2007, le président Bush annonce son nouveau budget militaire et refuse de le lier à un retrait d’Irak. Malgré la rhétorique martiale, il s’agit bien d’un pas en arrière.

Après plusieurs mois d’indécision, Washington a tranché. Depuis le début de l’été, plus aucune directive n’était émise en direction du « Grand Moyen-Orient », hormis pour la gestion de la crise pakistanaise. Les conflits pourrissaient en Palestine, au Liban, en Irak ; les signes les plus contradictoires se multipliaient en direction de l’Iran. Chacun attendait une prise de position claire de la Maison-Blanche, mais rien ne venait.

L’Empire, malade de sa puissance

Cette vacance de l’autorité illustrait une crise profonde des États-Unis.
Le bilan de sept ans d’administration Bush-Cheney, d’un point de vue des intérêts économiques transnationaux qui la contrôlent, est calamiteux. Certes, des sociétés comme Halliburton ou Lockheed-Martin ont réalisé d’extraordinaires profits, mais le système atteint un point de déséquilibre —sinon de rupture— qui se traduit à la fois par la crise du crédit immobilier (subprime) et par la plongée du dollar. C’est désormais la domination monétaire des États-Unis sur le reste du monde qui est en péril [1] au point que la Réserve fédérale a été contrainte de suspendre la publication de l’indice M3, en mars 2006, de sorte que la quantité de billets verts en circulation est désormais un secret d’État. De nombreuses institutions en ont conclu que Washington faisait fonctionner sa planche à billets et que le dollar n’étant plus adossé à une réalité économique sombrerait à moyen terme [2]. Le président du Venezuela, Hugo Chavez, a appelé les États non-alignés à quitter le Fonds monétaire international et la Banque mondiale et à co-fonder une nouvelle institution, la Banque du Sud [3]. Puis, il a invité les États membres de l’OPEP à ne plus commercer le pétrole en dollars [4]. Indépendamment de son rôle de monnaie d’échange, le dollar a déjà perdu partiellement sa fonction de monnaie de réserve : seules 65 % des réserves des banques centrales restent en dollars. Même les journaux fétiches de la City de Londres, le quotidien Financial Times [5] et l’hebdomadaire The Economist [6] ont sonné l’alerte. Pour les golden boys britanniques, mieux vaut s’accrocher aux monarchies pétrolières du Golfe qu’au dollar US.

La crédibilité militaire du Pentagone est entamée par ses déboires en Afghanistan et en Irak, et les plus hauts gradés de l’Armée de terre mettent en garde l’administration civile face au surdéploiement des troupes et à l’épuisement des GI’s. Sans attendre, la Russie et la Chine défient ouvertement l’hégémonie états-unienne en s’opposant au déploiement de missiles en Europe centrale, en fermant leurs ports à des bâtiments de guerre US en détresse, en multipliant les incursions aériennes de bombardiers dans la zone OTAN, en constituant une alliance militaire à peine déguisée (l’Organisation de coopération de Shangaï) à la fois pour bouter la CIA hors d’Asie centrale, pour entraîner conjointement et coordonner leurs forces, et pour soutenir l’Iran.

Le projet de la Maison-Blanche d’utiliser l’arme nucléaire tactique contre l’Iran à la suite d’une provocation qui aurait coûté à la Navy l’une de ses flottes a mis la classe dirigeante US en émoi [7]. L’amiral William Fallon, commandant en chef du CentCom (c’est-à-dire des forces US au « Grand Moyen-Orient »), et son état-major ont fait savoir qu’ils refuseraient d’exécuter un tel ordre et démissionneraient collectivement [8]. Des cercles militaires ont évoqué la responsabilité des officiers supérieurs d’éviter une guerre qui conduirait le pays à la catastrophe en organisant un coup d’État [9]. L’affaire du B-52 de la base de Minot [10] et de la mort des principaux témoins de cette opération, comme l’auto-destruction d’un satellite espion [11] laissent à penser que les tension internes sont extrêmes. Le sénateur et candidat démocrate Joe Biden a évoqué une procédure de destitution du président s’il donnait l’ordre d’attaquer l’Iran [12]. Tandis que le secrétariat à la Justice bruisse de rumeurs sur l’organisation d’un nouveau Watergate qui permettrait une fois de plus à la « gorge profonde » du FBI de faire tomber le président [13].

Le remède : le « pouvoir intelligent »

En décembre 2006, l’Iraq Study Group, une commission bipartisane de l’United States Institute of Peace médiatisée sous le nom de « Commission Baker-Hamilton », préconisait une remise en cause complète de la politique de l’administration Bush : retrait massif des troupes stationnées en Irak, et dialogue avec la Syrie et l’Iran. En d’autres termes, suspension —voire abandon— du projet de remodelage du « Grand-Moyen Orient ».
Résistant aux pressions conjuguées de ses amis républicains et de ses rivaux démocrates, l’équipe Bush-Cheney s’était contentée de sacrifier Donald Rumsfeld et de le remplcer au secrétariat à la Défense par un membre de la Commission, Robert Gates. Celui-ci a limité son action à l’arrêt du processus de privatisation des armées et à la mise en cause du principal sous-traitant, Blackwater.
Ce replatrage gouvernemental fut utilisé pour gagner du temps et élaborer un projet politique alternatif, basé sur autre chose que sur la force brute. Le Center for Strategic and international Studies (CSIS) [14], qui avait financé les travaux de l’Iraq Study Group, organisa une nouvelle concertation —cette fois loin des caméras— : la Commission bipartisane Armitage-Nye sur le « pouvoir intelligent ».

Outre que l’expression « pouvoir intelligent » (Smart Power) à de quoi faire sourire lorsque l’on pense qu’elle qualifie le contraire de la politique bushienne actuelle, elle doit être interprétée comme une synthèse entre le Hard Power classique (c’est-à-dire « la carotte et le bâton ») et le Soft Power (c’est-à-dire l’attractivité du modèle US), cher au professeur Nye.

Cette démarche répond à trois objectifs principaux :
- Accorder une pause aux personnels militaires épuisés par la guerre itinérante au « Grand Moyen-Orient » ;
- Garantir les revenus des grandes industries autres que le triptyque armement-énergie-pharmacie (logiciels, médias, entertainment, etc.) qui, loin de profiter de la guerre, perdent des parts de marché au fur et à mesure que se développe « l’anti-américanisme » ;
- Limiter les dépenses publiques alors que le budget du Pentagone se transforme en tonneau des Danaïdes et sape l’économie US.

La prescription : un an de convalescence

Trois axes ressortent de cette concertation :

- Washington renonce à passer en force sur tous les dossiers et à inspirer la crainte. Symboliquement, le camp de Guantanmo doit être fermé. L’administration abandonne à la fois l’unilatéralisme et la création de coalitions ad hoc pour revenir à la diplomatie classique. D’une manière générale, pour obtenir des soutiens à long terme, il convient d’associer le plus grand nombre d’États à la prise de décision et à son exécution. Les Nations unies sont le cadre le plus adapté en ce qui concerne le maintien de la paix, la reconstruction, la santé publique et la lutte contre le réchauffement climatique. Washington doit aussi donner l’impression de ne plus mépriser le droit international en signant l’une ou l’autre des conventions qu’il a rejetées.

- Washington renonce au principe actuel de la globalisation selon lequel la modernisation d’un pays y renforce les inégalités sociales. L’aide au développement doit être coordonnée, sinon centralisée, sur le modèle du Plan Marshall, de sorte que les populations acceptent le remodelage des sociétés car il s’accompagnera alors d’une amélioration de leurs conditions de vie. Une priorité sera donnée aux actions dans le domaine de l’hygiène (construction notamment d’infrastructures pour l’eau potable) et de la santé parce que ses conséquences positives sont visibles par tous. Elle passe par la création d’une agence US spécialisée et une réforme de l’Organisation mondiale de la santé. Les règles du commerce international doivent être amendées, via une relance du cycle de Doha, pour prévenir une généralisation de la pauvreté, source de conflits. Ce volontarisme doit s’accompagner au plan intérieur de réformes de sorte qu’au prochain ouragan Katrina, Washington manifeste sa capacité d’être un protecteur efficace.

- Ce réajustement politique passe par une suspension de toute action militaire d’envergure jusqu’à la prochaine élection présidentielle (ce qui n’interdit pas d’éventuelles manœuvres dans le désert du Darfour).

GIF - 62.6 ko
En marge de la conférence d’Annapolis, la Maison-Blanche donne son feu vert à la répression en Palestine.

Alors qu’il ne souhaite pas communiquer sur ce sujet en direction des opinions publiques, le département d’État a convoqué à Annapolis une conférence internationale sur la paix au Proche-Orient pour présenter la trêve aux grandes puissances [15]. L’ordre du jour n’y a pas été réellement débattu. Il s’est agi uniquement d’informer les participants d’une pause dans la colonisation de la région et de leur présenter un calendrier [16]. Le conflit israélo-palestinien est gelé pour un an. La proclamation des réserves palestiniennes de Gaza et de Cisjordanie en deux bantoustans est remise à plus tard, libre aux Israéliens de faire procéder par leur collaborateur Mahmoud Abbas aux actions de police qu’ils souhaitent.

La participation de la Syrie à cette conférence marque le désserrement de l’étau visant à isoler l’axe Damas-Beyrouth-Téhéran, tel que l’avait préconisé la commission Baker-Hamilton. Immédiatement, Serge Brammertz, chef de la mission d’assistance de l’ONU auprès de la justice libanaise, a été autorisé à confirmer que la Syrie n’est aucunement responsable de l’assassinat de Rafik Hariri. Le sous-secrétaire d’État David Welch a ordonné au délégué du gouvernement de facto libanais présent à Annapolis, Tarek Mitri, d’élire le général Michel Sleimane à la présidence de la République du Liban. Ce dernier, qui était qualifié de pro-Syrien il y a quinze jours encore, est aujourd’hui présenté comme « un candidat neutre et de consensus ». Il est pourtant le seul militaire au monde à avoir jamais vaincu les mercenaires islamistes de la CIA : sous son commandement l’armée libanaise —équipée pour l’occasion par la Syrie— a écrasé Fatah al-islam au camp de Nahr el-Bared.

De son côté, Mohamed el-Baradei, directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), a été autorisé à confirmer que le programme nucléaire iranien ne présentait aucun danger militaire à court ou moyen terme [17]. En outre, une quatrième réunion états-uno-iranienne a été convoquée à propos de l’Irak (où la résistance pro-iranienne tient en otage plus de 300 000 GI’s et sous-traitants). Surtout, le vice-amiral John Michael McConnell, directeur national du renseignement, a contraint les seize principales agences de renseignement US a rédiger une note de synthèse contredisant tous leurs rapports antérieurs : l’Iran aurait cessé tout programme militaire nucléaire depuis 2003 et ne serait pas en mesure de produire suffisamment de plutonium pour une bombe avant environ 2015 (voir document joint). L’attaque US contre l’Iran est donc reportée sine die. De même, le projet de démantèlement de l’Irak en trois États est renvoyé aux calendes grecques —ce qui a pour conséquence d’autoriser la Turquie à conduire des incursions au Kurdistan irakien. Le secrétaire d’État adjoint John Negroponte s’est immédiatement rendu au Kurdistan irakien pour annoncer le report du référendum sur le statut de Kirkouk.

L’infirmière : Condoleezza Rice

Le secrétaire à la Défense Robert Gates, dans son discours du 22 novembre à l’université d’État du Kansas, s’est efforcé d’habiller ce revirement politique dans la toge de la sagesse : les États-Unis doivent tirer les leçons de l’expérience, la force militaire ne suffit pas à gagner la paix, il est temps de renforcer le budget… du département d’État et de lui confier une partie du travail (voir document joint). Ce que confirme implicitement le président Bush, le 29 novembre au Pentagone, lorsqu’il présente son budget de guerre en retrait de 50 milliards de dollars par rapport aux estimations initiales.

Pour autant, les choses ne seront pas simples pour Condoleezza Rice : la suspension de la pression militaire est d’ores et déjà vécue comme un lâchage par certains alliés de Washington qui sont allés trop loin dans leur collaboration et se trouvent à découvert.
Cette suspension laisse aussi le temps aux adversaires des États-unis pour reconstituer leurs forces et à leurs rivaux pour étendre leur influence. La Russie l’a compris, qui vient d’obtenir d’accueillir la prochaine réunion sur l’avenir du Liban, en janvier à Moscou.
D’une manière générale tous ceux qui ont refusé de baisser la tête devant l’aigle américain sont aujourd’hui en position avantageuse. Ils doivent cependant rester prudents. D’une part parce que la Nationale Endowment for Democracy (NED) et la CIA ne manqueront pas de s’engouffrer dans l’espace laissé libre par le Pentagone et, d’autre part, parce que la trêve peut être une accalmie précédant une tempête.

Plusieurs questions restent en suspens : à défaut d’opération militaire d’envergure, le Pentagone frappera-t-il des objectifs périphériques (au Darfour par exemple) ? Combien d’hommes pourront être retirés raisonnablement d’Irak en un an sans perdre le pays ? Les diverses mesures de réorganisation administrative à l’étude (création d’un secrétaire d’État adjoint chargé du pouvoir intelligent, mise en place de nouvelles agences, et surtout limitation du département de la Sécurité de la patrie et rationalisation du Pentagone) porteront-elles assez rapidement leurs fruits ? Et enfin, l’arrêt de l’hémorragie budgétaire provoquée par la guerre d’Irak suffira-t-il à stopper la récession économique US ?

Selon les réponses à ces questions, les intérêts économiques qui contrôlent le gouvernement fédéral décideront de maintenir les républicains à la Maison-Blanche (avec Rudy Giuliani si possible) ou d’y faire entrer les démocrates. Quoi qu’il en soit, le véritable enjeu de cette trêve globale est de savoir si, dans un an, les États-Unis pourront encore prétendre à la suprématie mondiale.

[1] « Le talon d’Achille des USA », par L.C. Trudeau, Réseau Voltaire, 4 avril 2003.

[2] « Au revoir dollar, bonjour euro », par Emad Meka ; « La Banque asiatique de développement émet un avis de tempête monétaire », « Incertitudes sur l’économie mondiale », par la Banque des règlements internationaux (BIR), Réseau Voltaire, 9 février 2005, 10 avril 2006, 29 juin 2007.

[3] « Hugo Chávez propone a los No Alineados crear Comisión del Sur », Agence de presse cubaine/Réseau Voltaire, 16 septembre 2006.

[4] « Hugo Chavez demande à l’OPEP d’abandonner le dollar et de laisser plonger l’économie US », Réseau Voltaire, 18 novembre 2007.

[5] Lire notamment « Wake up to the dangers of a deepening crisis », par le professeur Lawrence Summers, Financial Times, 26 novembre 2007.

[6] Dossier : « The Panic about Dollar » , article « The falling dollar. Losing faith in the greenback », The Economist, 29 novembre 2007.

[7] « La Maison-Blanche sacrifiera-t-elle la Ve flotte pour justifier la destruction nucléaire de l’Iran ? », par Michael Salla, Réseau Voltaire, 18 novembre 2007.

[8] Entretien de l’auteur avec un témoin.

[9] Ce débat déborde dans la presse civile grand public. Voir par exemple : « Live discussion with Post staff writer Dana Priest », Washington Post, 27 septembre 2007. « The U.S. military’s role in preventing the bombing of Iran », par Glenn Greenwald,, 28 novembre 2007.

[10] « L’affaire du B52 de la base de Minot La mise en place de bombes nucléaires états-uniennes contre l’Iran ? », par Larry Johnson, Horizons et débats, 17 septembre 2007.

[11] « El « meteorito » que se estrelló en Perú sería más bien un satélite militar de observación de EEUU con plutonio-238 », Agencia IPI/Réseau Voltaire, 4 novembre 2007. « Est-ce qu’une attaque nucléaire des Etats-Unis contre l’Iran a été déjouée par la destruction d’un satellite ? », Horizons et débats, 1er octobre 2007.

[12] « Biden makes impeachment en campaign theme », The Nation, 30 novembre 2007.

[13] On sait aujourd’hui que c’est le directeur intérimaire du FBI qui avait distillé les fuites du Watergate et contraint le président Nixon à la démission.

[14] « CSIS, les croisés du pétrole », Réseau Voltaire, 6 juillet 2004.

[15] « Liste des délégations à la conférence d’Annapolis sur la paix au Proche-Orient », Réseau Voltaire, 27 novembre 2007.

[16] « Discours de George W. Bush à l’ouverture de la conférence d’Annapolis sur le Proche-Orient », Réseau Voltaire, 27 novembre 2007.

[17] « IAEA Head Briefs Board of Governors on Nuclear Issues », IAEA, 22 novembre 2007.

Documents joints

Discours de Robert Gates à l’université du Kansas, 26 novembre 2007 (original anglais)

(PDF - 144.2 ko)

« National Intelligence Estimate : Iran : Nuclear Intentions and Capabilities », 3 décembre 2007 (original anglais)

(PDF - 134.2 ko)