Thursday, 27 May 2010

time magazine 2001: the looting of greece


Jun. 24, 2001

Scandals The Looting of Greece


Greeks were exhilarated in 1981 when Andreas Papandreou and his Socialist Party swept to power. Their enthusiasm has long since turned to bitterness and disbelief as the worst financial and political scandal in four decades engulfs Greece. The press, the Bank of Greece, a magistrate and Parliament are delving into charges of corruption, seeking to uncover how more than $210 million disappeared from the Bank of Crete. Charges of embezzlement, kickbacks and bribery, of banknotes stuffed into briefcases, have been leveled against high officials.

The scandal has scorched the Socialist Party (PASOK), and public cynicism has increasingly focused on the party's leader, Papandreou himself. The Prime Minister last September was already the target of snickering and outrage as he conducted a highly public extramarital liaison with airline flight steward Dimitra Liani, 34. As the parliamentary investigations dug through testimony, the question loomed: Was the Prime Minister aware of the crime all along?

Papandreou has not testified before investigators, though he vehemently denies any involvement in what he calls a "conspiracy aiming to hurt Greece." But investigators have yet to hear from the central figure in the case, George Koskotas, 34, a onetime New York house painter who vaulted to power as the multimillionaire owner of the Bank of Crete. Now jailed in Massachusetts on a variety of charges leveled just before he fled Greece last November, Koskotas is facing extradition to answer accusations of looting his own bank.

Amid more than a dozen lawsuits, much has come out about the vast scandal, but most Greeks believe there is far more to be revealed -- by one man in particular. Given his central role in the affair, Koskotas' version of the dirty dealings could prove to be an imperfect account. Apparently nothing will be resolved until the public has weighed his tale. "At this point," says a frustrated former PASOK member, "we are all waiting to hear what Koskotas has to say."

A plump man with steady dark eyes and a soft voice, Koskotas is no common embezzler. In addition to the Bank of Crete, he owned Grammi, a flourishing publishing empire that operated five magazines, three newspapers and a radio station. He bankrolled big hotels. A year ago, he bought Greece's wildly popular soccer team, Olympiakos. He created one of the world's most advanced printing plants. And until he fled Greece, Koskotas consorted freely with the country's ruling Socialist leaders. At 34, George Koskotas, the Greek wunderkind, had achieved a dazzling reputation in his own land.

Now inside a Salem, Mass., prison, Koskotas has finally decided to talk. His chief motivation, he explains, is a fear that once extradited to Greece he will disappear behind bars -- or be murdered and declared a suicide and thus be unable to present his own version of what happened. He figures his fate in Greece will be worse if Papandreou remains in power; so his motive for speaking may also be to wound the government.

The Koskotas accusations are extraordinary, though difficult to verify. In six lengthy prison interviews with TIME, the banker describes a Socialist government riddled by extortion and criminality. Koskotas charges that millions of dollars missing from his bank were actually payoffs that went directly to the head of the government, Andreas Papandreou, and PASOK officials. The Prime Minister, says the banker, personally authorized the plan to loot the Bank of Crete. Koskotas describes as well his own illegal complicity in the huge swindle, one that involves enormous sums hard to account for adequately.

The plot was an audacious one. To create the pool of crooked money, PASOK leaders had for three years ordered state-managed corporations such as the Post Office, the Organization of Urban Transportation and the State Pharmaceutical Co. to transfer large bank deposits -- the country's money, in effect -- out of the big national banks into the Bank of Crete, then the / smallest private bank in the country. There, Koskotas says, he arranged for the government deposits to draw an exceptionally low rate of interest, only 2% or 3%. Bank savings accounts in Greece routinely draw 15% interest. The excess interest earned on the government deposits was siphoned off and went straight to the politicians, he says. In addition, protected and encouraged by Papandreou, Koskotas secretly plowed Bank of Crete funds into his magazines and newspapers.

In the past year, says Koskotas, some 40 shipments of money, in blue briefcases stuffed with 5,000-drachma notes, were carted out of the Bank of Crete and taken first to his own residence. There the banker handed the money over to a Papandreou confidant, Georgios Louvaris, who Koskotas says made the deliveries to the Prime Minister. Pickups occurred weekly and amounted over the year to more than 3 billion drachmas ($20 million at today's rates). In addition, Koskotas claims he personally carried a total of half a billion drachmas ($3.3 million) to the home of a Deputy Prime Minister, Menios Koutsogiorgas. At the Bank of Crete half a dozen other PASOK leaders twice a month received briefcases filled with money totaling 1.5 billion drachmas ($10 million).

There was little danger of interference. Fifty different national audits of the Bank of Crete that might have uncovered the scheme were squelched over the years by PASOK officials, says Koskotas, twice by direct calls from Papandreou. In the summer of 1988, the government muscled through a special Secrecy Act that had the effect of guaranteeing its overdrawn banker financial confidentiality. Koskotas says he was directed to pay an additional $2 million to then Deputy Prime Minister Koutsogiorgas as a reward for managing the legislation.

The dank atmosphere that nurtured this tangle of alleged corruption began after the Socialists' re-election in 1985. Papandreou was eager to tighten his grip on the country. He found a perfect match in the ambitious young publisher and banker Koskotas, who saw in PASOK a means to build an empire.

Now, sitting in the library of the Salem prison, Koskotas recalled the beginnings of a relationship that led to his ruin. He wore a blue pullover sport shirt and blue jeans, white leather sneakers on his feet. Koskotas had squeezed his big waist into a one-armed desk chair.

In his lap he balanced a pile of tape transcripts and letters he had carried out of Greece as evidence. From time to time he ran his finger across the * pages of his old appointment book, picking out entries of meetings with the Prime Minister and other key government officials.

He remembers the meetings with Papandreou vividly, five times alone in the Prime Minister's home at Kastri, once at the home of a Papandreou intimate, Michalis Ziangas. At the first meeting in early 1986, Koskotas recalls, the Prime Minister had a proposal: Koskotas should start a daily newspaper to provide positive coverage of the Papandreou family. Koskotas later put up the money, and the first issue of the paper, called 24 Hours, appeared in February 1988.

The Prime Minister always seemed to possess inside information. Papandreou, says the banker, taps the home and business telephones of such rivals as the head of the political opposition, New Democracy's Constantine Mitsotakis, and unfriendly publishers. "I know all their plans," he proudly told Koskotas.

Papandreou came to assume that Grammi's national magazines and newspapers really served him. Certain Papandreou favorites were hired as editors. Says Koskotas: "All our editors were instructed never to criticize the Prime Minister personally, not even a single cartoon." Papandreou urged Koskotas to neutralize hostile newspapers by buying them up gradually. At their second meeting in early 1987, Papandreou pressed Koskotas to buy Kathimerini, the country's most respected paper; he did, using Bank of Crete funds.

Another time Papandreou had an unexpected idea: Koskotas should purchase the Olympiakos football team. Papandreou, according to Koskotas, wanted the banker to build up the team, so that just before the 1989 election the government would agree to build Olympiakos a new stadium, an announcement certain to be highly popular. Koskotas laid out 4 billion drachmas for the plan.

Koskotas' first ambition, he says, was to enlarge the Bank of Crete. Private banks routinely had to wait at least a year for authorization to open a single branch. But the Bank of Crete opened about 50 branches in four years, and licenses were granted for an additional 20. Sure of his political shield, Koskotas was unafraid to violate banking laws and withdraw huge sums of cash at will. If Koskotas worried aloud about audits, Papandreou was always reassuring. "So long as I am here," Koskotas says Papandreou told him, "you never have to worry."

Koskotas said little of his early years, but he was a young man drawn to risk. Born in 1954 in Greece, he came to America with his parents in 1970. "George was very ambitious," says his wife Kathy, whom he married in 1973. "His mind was always working."

At New York University, that overactive mind seemed to be hunting for angles. Koskotas ordered a batch of N.Y.U. and Fordham University stationery from a printer. He said he wanted to send reprimanding letters to some student friends as a prank. The university believed he intended to create fake transcripts. He was arrested, fined $200 and asked to leave school.

Not satisfied with all his claimed wealth, he continued to indulge his compulsion for risk taking, and it backfired badly. Koskotas obtained fake Social Security numbers for several of his painters who were illegal aliens -- federal prosecutors charge that he created fictitious names -- and then used them in efforts to collect unemployment insurance claims and income tax refunds. In 1979, before Koskotas was indicted by the U.S. Attorney, he returned to Greece with his wife and four children. A year later, in 1980, the U.S. formally charged him with stealing $40,000. In the years that followed, Koskotas traveled back and forth numerous times to America, always unaware he was under indictment, he claims. Long after, the incident would rise up to haunt him.

Back in Greece, still only 25, he landed a job as an administrative officer at the Bank of Crete. Five years later, in late 1984 when the Bank of Crete came up for purchase at $9 million, Koskotas somehow produced a bankroll big enough to buy it. He knew exactly where he wanted to go. The Socialists were immersed in an election and Koskotas was determined to curry favor. Within a few months he hired as bank general manager a PASOK veteran, Panayotis Vakalis, whom he knew to be a longtime friend of Andreas Papandreou's. The connection eventually brought the young banker and the Prime Minister together. The great swindle was under way.

For two years, says Koskotas, payoffs went to the party, none to Papandreou himself. Then a pivotal event occurred. In October 1987, Koskotas traveled to Washington to attend a White House luncheon at which Vice President George Bush was the host. Secret Service agents, checking invitations, were surprised to discover that the guest from Greece was under a six-year-old federal indictment. They arrested Koskotas at his Washington hotel. The banker posted bail of $1 million. A few days later, to get home, Koskotas lied to Greek embassy officials and obtained a travel document.

Only three weeks later, Koskotas says, he was summoned by Papandreou. It was apparent to Koskotas that something was wrong. Sternly the Prime Minister warned that because of the passport violation, Koskotas might have to go to jail. Eventually Papandreou declared Koskotas need not worry. But there were certain requirements. An election was coming, the Prime Minister stressed, and PASOK needed 5 billion drachmas ($33 million). Thereupon, says Koskotas, Papandreou bluntly described a much expanded plan for kicking back interest payments. Koskotas, he directed, should work out the details with Deputy Prime Minister Koutsogiorgas. Says Koskotas, sounding surprisingly disingenuous: "I realized it was outright blackmail." Until then he had rationalized that the stolen interest payments to PASOK were simply the political cost of doing business in Greece.

Two weeks later, Koskotas says, the first direct request for money came by telephone from Papandreou. The Prime Minister wanted 200 million drachmas ($1.3 million), purportedly to pay the expenses for a PASOK youth festival. Georgios Louvaris would drop by. In the following months, says Koskotas, Papandreou made two other personal calls for cash, each for 150 million drachmas ($1 million), for what he described as PASOK events. Otherwise the Prime Minister received a weekly delivery of around 75 million drachmas.

Soon Koskotas found the requests from Papandreou and Koutsogiorgas bolder -- and more personal. Papandreou wanted to squelch a critical memoir by his first wife, Christine, a psychiatrist. Through foreign book agents, Koskotas paid out $90,000 and tied up world rights to the book. Papandreou raised another problem. The Prime Minister, then 69, was keeping company with Dimitra Liani, a buxom airline hostess half his age. The weekly newspaper Evdomi, Papandreou complained, kept turning up nude photographs of Dimitra. Within a month Koskotas had bought Evdomi, and three months later he shut it down. Then there was Margaret, the second wife Papandreou wanted to divorce. He said that Margaret, absurdly, wanted a settlement of $100 million. Koskotas heard himself say he could over a period of time put together $10 million to $20 million as a start.

In August 1988 the Prime Minister suddenly flew to London for triple-bypass heart surgery. The day before Papandreou left, Koskotas says, Louvaris came to pick up the customary cash, a suitcase of 90 million drachmas ($600,000). After the surgery, Papandreou for the first time made public what many already knew: his relationship with Liani. That further undermined his slipping political standing. Rumors of the Koskotas money connection were also circulating; now opponents called for a reckoning.

The governor of the Bank of Greece started to press for a special audit of the Bank of Crete. Koutsogiorgas told Koskotas that the investigation could not be stopped. Fearing abandonment, Koskotas made a last threat. "If I am destroyed," he says he told Koutsogiorgas, "we'll all be destroyed. You know what they will find at the bank."

Soon 40 secret service agents were keeping a discreet surveillance over Koskotas. He began to think he might be killed. One day a friend in Greek intelligence told him he would be arrested by 6:30 that evening; Koskotas fled. He slipped out of his printing plant unseen, hidden in the back of one of his newspaper delivery trucks, to start a desperate journey across three continents. Three weeks later he fetched up in the U.S., where he was apprehended.

Locked in the Salem prison and fighting extradition, George Koskotas started to get advice to keep quiet from old accomplices. One of them, Yannis Mantzouranis, former secretary to the Greek Cabinet, sounded especially anxious to learn if the prisoner was going to talk. Mantzouranis, Koskotas says, was still holding a $2 million payoff to Koutsogiorgas in a Swiss bank account. The existence of the account would implicate him.

Hoping to entrap Mantzouranis, Koskotas instructed his wife to make tape recordings of the phone calls from Athens. The objective was to goad the unwitting Cabinet secretary into telling more about PASOK corruption. Mantzouranis warns of the consequences of saying too much. "I know them better than George," he says of his PASOK colleagues. "They wouldn't hesitate to do anything."

Mantzouranis relates how his own life has changed drastically. "You must understand that I am in danger," he says. "I do not circulate at night. I no longer live at my house."

In jail, listening to the cassette, Koskotas heard the fright in the caller's voice. It was an echo of his own fears. Mantzouranis had an important message to pass on: Koutsogiorgas wants to be certain the prisoner knows what he is doing. "Menios says," the voice from Greece emphasized, "that George should not betray the only people who can help him now." Koskotas pondered silently and for a second felt a twinge of his old power. Then he dismissed the warning. He wanted to talk.

Throughout last week TIME sought comments and answers from government officials -- including Prime Minister Papandreou -- on the accusations in this story. When all refused to be interviewed, a list of questions was submitted to them. TIME did not disclose that it had interviewed Koskotas, but made clear that it was publishing a major story that contained serious and damaging allegations. Papandreou did address the affair in a Feb. 14 memorandum to investigators. He said he met Koskotas only three times, at the banker's initiative, between March 4, 1987, and June 30, 1988, during which the two discussed only Koskotas' business and, later, the accusations against him.

eu: clashes between pro and anti derivatives


“The Market” is a Reactionary Mystification

Reply to the Attack on Economic Populism from Franco Debenedetti and other Italian Economists

Webster G. Tarpley
May 23, 2010

A group of Italian economists led by Franco Debenedetti of the famous financier clan and the banker Paolo Savona, obviously fearful that the Berlusconi-Tremonti government of Italy will join last Tuesday’s successful German ban on the type of toxic derivative known as the naked credit default swap, have sent an alarmed warning to the Corriere della Sera of Milan1. Debenedetti has contributed an article expressing similar sentiments to the Italian business newspaper Il Sole 24 Ore in which he rails at the “Mrs. Merkel market” now in force in Germany2. These economists, obviously inspired by the doctrines of Friedrich von Hayek and the Austrian school, want Italy to remain faithful no matter what to the widely discredited ideas of laissez-faire economics, even as those doctrines are everywhere under attack for having caused the current world economic depression. For these neoliberal and monetarist thinkers, any attempt to ban derivatives or tax speculation must be condemned as “economic populism,” which for these writers is a term of opprobrium.

These anti-populist economists need to be reminded of some basic facts about derivatives. The collapse of the Central European banking system in the summer of 1931 was decisively enabled by derivatives – specifically by speculation in wool futures by a north German textile company which brought down the Danat Bank, leading to panic runs on all German banks. Thanks to the American New Deal of Franklin D. Roosevelt, most over-the-counter and exchange-traded derivatives were illegal from 1936 to 1982 under the Commodities Exchange Act, which was repealed by the free-market enthusiast Ronald Reagan. During those years, US rates of economic growth and real wages were far superior to what they have been any time since, and financial panics were much more limited than they had been before or have become since. Presumably, FDR would be dismissed as a mere populist.

In today’s crisis, we are confronted at every turn with the fatal combination of deregulated hedge funds plus these now-rehabilitated derivatives, which in the meantime amount to a world speculative bubble of some $1.5 quadrillion of notional value. Lehman Brothers, Citibank, and Merrill Lynch were destroyed by derivatives in the form of a combination of their issuance of synthetic collateralized debt obligations based on mortgages and consumer debt, together with the credit default swaps used by hedge funds to attack these banks. The insurance company AIG had a hedge fund in London which issued $3 trillion worth of derivatives (more than the GDP of France), featuring a very toxic portfolio of credit default swaps. The failure of AIG caused by these toxic bets has now cost the US taxpayer $180 billion and counting. The attack on Greece, as these economists seem to recognize, was organized during a dinner party in Manhattan on February 8, 2010, leader reported in the headline story of the Wall Street Journal on February 26, 20103. European taxpayers are now on the hook for almost $1 trillion in bailouts as a result of this speculation. That Manhattan hedge fund dinner seems to fulfill the prima facie specifications of an illegal conspiracy in restraint of trade under the terms of the US Sherman Antitrust Act of 1890, a law proposed all those years ago by a very Republican senator and signed by Benjamin Harrison, a very Republican president. Were they populists too?

The May 6, 2010 1,000-point fall of the Dow Jones Industrial Average was the result of a speculative bet using options (i.e., derivatives) against the Standard & Poor’s 500 stock index placed by the Universa Investments hedge fund, advised by “Black Swan” theorist Nassim Taleb – according to the Wall Street Journal of May 11, 2010. That thousand point plunge, it is estimated, wiped out about $1 trillion worth of paper wealth in about 20 minutes. What with a trillion here and a trillion there, derivatives and the regulated hedge funds are becoming a prohibitively expensive luxury.

Debenedetti and his friends wish to save credit default swaps at all costs. In this they face serious problems. On one level, credit default swaps are bets, wagers, and therefore illegal under the gambling laws in many countries. If it is argued that credit default swaps are insurance, then they are also illegal, since most of the issuers are not insurance companies, and have no intention of meeting the legal requirements to underwrite insurance policies, such as legal registration, capital requirements, etc. Are credit default swaps such a glorious benefit to society that they should enjoy exemption from laws and regulations? Recent history indicates that derivatives do not merit such special treatment.

Debenedetti and his friends are also opposed to a Tobin tax, otherwise known as a Wall Street sales tax, financial transaction tax, securities transfer tax, trading tax, or Robin Hood tax, which would be levied on the financial transactions of market players. Debenedetti & Co. therefore want derivatives and other financial instruments to enjoy yet another exemption. In Italy, the vast majority of goods and services must pay a hefty Value Added Tax (VAT or IVA). Parents who want to buy shoes, clothing, and school supplies for their children must pay this tax. But for some strange reason, banks and hedge funds do not pay on their flash trading, program trading, and high-frequency trading. We can guess that the total deficit of governments at all levels in Europe, the United States, and Japan is closely correlated to the total exemption of financial institutions from IVA or sales tax on their turnover. To argue that this de facto public subsidy for speculation should be continued in an era when so many other activities are being heavily taxed or subjected to austerity cuts is reminiscent of the mentality of the French aristocracy under the pre-1789 ancien régime, which claimed that it had the divine right not be taxed under any circumstances. This claim, as we know, did not hold up.

At the heart of the arguments put forward by Debenedetti and his friends is the notion that human reason is very weak indeed, and cannot attain a practical understanding or overview of how political economy works. Only the market, they claim, can do with this by totalizing so many separate facts. But they are not arguing from any empirical observation of how markets really work, but expressing the fetishism of an efficient market which was typical of von Hayek and other Austrians. They tried to portray markets as genuine epistemological tools, which provided knowledge which could not be obtained any other way. Even the Ayn Rand devotee Alan Greenspan has backed away from this extravagant claim in the wake of the catastrophic collapse of the New York banks in October 2008. When asked whether he had been led astray by his market ideology, Greenspan told a Congressional hearing: “Yes, I’ve found a flaw. I don’t know how significant or permanent it is. But I’ve been very distressed by that fact.” (New York Times, October 23, 2008) Debenedetti does not share this distress. At the same time, the successful history of the Bank of the United States under Alexander Hamilton, the French Commissariat du Plan under DeGaulle, and the Japanese Ministry of International Trade and Industry (MITI)) makes clear to human reason is indeed capable of determining the main priorities of national economies.

Market fetishism is radically anti-historical. Everyone is aware of speculative manias, bubbles, panics, and the other recurring psychoses which make the judgment of any market totally unreliable in many critical moments. And what if there are monopolies, duopolies, oligopolies, trusts, combinations, or cartels of the February 8 type? Then the market is permanently distorted, which is what we have been seeing for decades.

Debenedetti wants “the market” to be seen as objective and impersonal, but it is not. “The market” has names and faces. If we find that half a dozen of the largest US banks control about 60% of all assets in the entire United States economy, then we can make that exorbitant control very personal and concrete. The owners of a majority share of the United States are bankers like Jamie Dimon of J.P. Morgan Chase, Vikram Pandit of Citibank, Lloyd Blankfein of Goldman Sachs, John Mack of Morgan Stanley, and Brian Moynihan of Bank of America/Merrill Lynch, and their respective boards. We can even know how many billions each one has been given in the form of bailouts at public expense.

The Austrian school makes the market into a metaphysical abstraction, a force above the rest of history, because it needs this mystification in order to defend the very concrete privileges of some very sleazy individuals who are the speculators. Some early Protestants tried to argue that the success of the speculator had been instituted by God. When this idea lost traction, apologists for speculation tried to argue that the speculators were morally or intellectually superior to the rest of humanity. When that did not work either, the Austrian school hit upon the trick of removing the speculators from consideration altogether by hiding them from view behind the anonymous and impersonal abstraction of “the market.” As the case of Greenspan suggests, this argument has also become untenable, and the entire edifice of Austrian thought is falling to the ground.

Debenedetti and his co-thinkers suggest that “the market” is able to detect the secret financial weaknesses of nations. But surely the shoe is on the other foot. The major US banks listed above were all, without exception, bankrupt and insolvent before US government intervention in the form of the bailout of October 2008. Today, any objective appraisal would conclude that Greece is far more economically viable and solvent then Citibank. Portugal is more viable than Goldman Sachs. Italy has a brighter economic future by far than J.P. Morgan.

The situation today would therefore seem to offer the following alternative. The speculative assault of the zombie banks and hedge fund speculators may succeed in bankrupting the modern nation state at all levels, in which case we will be dealing with the collapse of civilization as we have known it since the first prototype of the modern state emerged in Milan in the late 14th century under Giangaleazzo Visconti, who offered debt relief to strapped farmers. The better alternative is that the nation state will use its inherent sovereign powers to liquidate the bankrupt zombie banks and regulate many of the predatory activities of hedge funds out of existence, while banning the most toxic forms of derivatives and forcing speculators to share in the general tax burden of society.

Those who want the second of these alternatives must get to work here and now. The most obvious way to begin is for the present Italian government of Berlusconi and Tremonti to join the measures instituted by the German government last Tuesday. Italy should also go beyond these tentative initial German measures by banning all forms of credit default swaps, which are already inherently illegal under existing laws. Then there are those extremely dangerous synthetic collateralized debt obligations, which even Blankfein of Goldman Sachs has suggested might be done away with. They should indeed be totally banned at once. Antitrust investigations could be opened against the Feb. 8 hedge fund group by the Italian magistrates, whose independence has become world-famous. The Tobin tax should also be instituted on an emergency measure for financial stability and revenue enhancement on a purely national basis, with the revenue being retained for the benefit of the national budget.

Additional countries may soon join in the German ban. Likely candidates are the nations that were closely associated with the D-Mark in the old “snake in a tunnel” currency bloc starting in the 1970s. These would include Belgium and the Netherlands. The Czech Republic is another possibility, as is Sweden. Soon we may have a pro-derivatives bloc led by the US and the UK confronting an anti-derivatives bloc led by Germany. On the eve of the Washington Economic Conference of November 2008, I wrote: “The best we can hope for … is … dividing the world between a US-UK dominated derivatives bloc and a Brazil-India-Russia-China-South Africa anti-derivatives bloc interested in real physical commodity production, not fictitious capital.” The surprise is that the leadership of the anti-derivatives forces has actually been seized by Germany.

[1] Franco Debenedetti, Oscar Giannin, Antonio Martino, Roberto Perotti, Nicola Rossi, Paolo Savona, Vito Tanzi, Alberto Mingardi, “In difesa del mercato e degli operatori i responsabili veri e presunti della crisi,” Corriere della Sera, May 21, 2010,

[2] Franco Debenedetti, “È il mercato signora Merkel,” Il Sole 24 Ore, May 21, 2010,

[3] See “Financial Warfare Exposed: Soros, Goldman Sachs, Hedge Funds Attack Greece to Smash Euro,”


The euro crisis is a judgment on the great lie of 'Europe'

The EU is paying the price for its pursuit of 'integration' at any cost, says Christopher Booker

22 May 2010

Sarkozy and Merkel
Nicolas Sarkozy and Angela Merkel, grim-faced, emerge from an EU leaders' summit on the eurozone crisis Photo: AP

Easily the most telling statement by any politician last week was that from an anguished Angela Merkel, in pronouncing that "the current crisis facing the euro is the biggest test Europe has faced for decades, even since the Treaty of Rome was signed in 1957". "If the euro fails," she went on, "Europe fails," warning that the consequences for the whole of Europe would be "incalculable".

We have still scarcely begun to wake up to the gravity of the crisis now upon us, not just for the eurozone but also for us here in Britain and for the entire global economy. The measures so far taken to prop up the collapsing euro, such as that famous "$1 trillion package", are no more than gestures.

Greece was just the antipasto: Italy, Spain, Portugal and others are now hanging over an abyss of debt which scarcely all the money in Europe could fill – created by countries living way beyond their means, thanks not least to the euro's low interest rates. The only possible consequence of
the collapse of one of the world's leading currencies, leaving Europe with no money to trade in, would be utter chaos.

What we are witnessing here is a judgment on the entire deceitful and self-deceiving way in which the "European project" has been assembled over the past 53 years. One of the most important things to understand about that project is that it has only ever had one real agenda. Everything it has done has been directed to one ultimate goal, full political and economic integration. The headline labels put on the various stages of that process may have changed over the years, such as building first a "common market", then a "single market", finally a "constitution". But by far the most important project of all was locking the member states into a single currency.

This was always above all a political not an economic project, to be driven through at any cost, which was why all those "Maastricht criteria" laid down to bring it about were repeatedly breached. But as expert voices were warning as long ago as the 1970s, when it was first put on the agenda, there was no way economic and monetary union could work unless it was run by a single all-powerful economic government, with the power to raise taxes.

As was advised by Sir Donald MacDougall's report to Brussels in 1978, it could only work if, following the US model, between 20 and 25 per cent of Europe's GDP was available to such a government, to enable a huge transfer of wealth from richer countries such as Germany to the poorer, more backward countries of southern Europe – and how ironically has that come about!

When the 10-year-long construction of the euro began in the 1990s, all these warnings were ignored. The cart was put before the horse. So fixated were the Eurocrats on the need to get their grand project in place that the "rules" were treated as mere window dressing. The member states were locked together willy-nilly in a one-size-fits-all system, with a single low interest rate, enabling countries such as Italy, Spain, Portugal and Greece to live on a seemingly limitless sea of borrowed money. And now, entirely predictably, judgment day has come.

If the euro does disintegrate, as
Mrs Merkel warns, the consequences would be incalculable. Replacing all the national currencies was a gargantuan task, by far the most ambitious ever attempted in the name of European integration, and there is no Plan B. Without a currency, trade would collapse – leaving Britain, dependent on Europe for 50 per cent of its trade, just as seriously affected as everyone else. A system failure on this scale would make the 1930s pale into insignficance.

Inevitably, cries went up last week for the EU to be transformed into a proper economic government with control over national budgets and
the power to raise taxes – exactly
what MacDougall and others were talking about in the 1970s. But it is
too late, and all that remains are desperate gestures.

As reported by the think tank Open Europe, Mrs Merkel was even calling last week for a "global" tax on financial transactions to raise 321 billion euros a year Europe-wide – 204 billion euros of which would come from Britain, still the world's leading financial centre, with 43 billion euros from Germany and just 17 billion euros from France.

As alarming as anything, with this tsunami roaring down on us, has been the sight of our new leaders preening themselves with their list of irrelevant little "coalition policies" and babyish boasts about the "greatest democratic shake-up since the 1832 Reform Act", as if none of this was happening. As one analyst put it: "They are like children let loose in the sweet shop, seemingly oblivious to the horrendous reality unfolding before us."

A well-known economist said wryly to me last week: "Bring back the days of Alistair Darling and Gordon Brown. At least they had some grasp of what is going on. This lot are just totally out of their depth."


Whatever Germany does, the euro as we know it is dead

Angela Merkel's ban on short-selling is just a distraction from the horror to come

Jeff Randall
20 May 2010

Whatever Germany does, the euro as we know it is dead; Angela  Merkel has called for 'honest' advice ahead of a Germany's vote on a  euro bailout; Bloomberg
Angela Merkel's response to the euro crisis is 'doomed to fail' Photo: Bloomberg

"Money can't buy you friends, but it does get you a better class of enemy" – Spike Milligan

For Angela Merkel, leader of the eurozone's richest country, a queue is forming of high-quality adversaries. As she tips German Geld und Gut into the furnace of a rescue package for the euro, while going it alone in a misguided ban on market "manipulators", the brass-neck Chancellor has infuriated domestic voters, angered her EU partners (in particular the French) and invited the so-called wolf pack of global traders to do its worst.

In one respect, Mrs Merkel is right: "The euro is in danger… if the euro fails, then Europe fails." What she has not yet admitted publicly is that the main cause of the single currency's peril appears beyond her control and therefore her impetuous response to its crisis of confidence is doomed to fail.

The euro has many flaws, but its weakest link is Greece, whose fundamental problem is that for years it spent too much, earned too little and plugged the gap by borrowing in order to enjoy a rich man's lifestyle. It flouted EU rules on the limits to budget deficits; its national accounts were a moussaka of minced statistics, topped with a cheesy sauce of jiggery-pokery.

By any legitimate measure, Greece was unworthy of eurozone membership. That it achieved card-carrying status was down to the sleight-of-hand skills of its Brussels fixers and the acquiescence of central bank bean-counters. Now we know the truth, jet-hosing it with yet more debt makes no sense. Another dose of funny money will delay but not extinguish the need for austerity.

This is why the euro, in its current form, is finished. The game is up for a monetary union that was meant to bolt together work-and-save citizens in northern Europe with the party animals of Club Med. No amount of pit props from Berlin can save the euro Mk I from collapsing under the weight of its structural dysfunctionality. You cannot run indefinitely a single currency with one interest rate for 16 economies, when there are such huge fiscal disparities.

What was once deemed unthinkable is now, I believe, inevitable: withdrawal from the eurozone of one or more of its member countries. At the bottom end, Greece and Portugal are favourites to be forced out through weakness. At the top end, proposals are already being floated in the Frankfurt press for a new "hard currency" zone, led by Germany, Austria and the Benelux countries. Either way, rich and poor are heading in opposite directions.

When asked on Sky if, in five years' time, the euro will have the same make-up as it does today, Jeremy Stretch, a currency analyst at Rabobank, the Dutch financial services giant, told me: "I think it's pretty unlikely." The euro was a boom-time construct. In the biggest bust for 80 years, it is falling apart.

Telegraph loyalists with long memories will be shocked by none of this. In 1996, Sir Martin Jacomb, then chairman of the Prudential, set out with great prescience in two pieces for The Sunday Telegraph why a European single currency, without full political integration, would end in disaster. His prognosis of the ailments that might afflict the eurozone's sickliest constituents reads as if it was penned to sum up today's turmoil.

"A country which does not handle its public finances prudently will find its long-term borrowing costs adjusted accordingly," Sir Martin predicted. "Although theory says that default is unlikely, nevertheless, a country that spends too much public money, and allows its wage costs to become uncompetitive, will experience rising unemployment and falling economic activity. The social costs may become impossible to bear."

Welcome to the headaches of George Papandreou. The bond markets called his country's bluff. Greece is skint, but its unions don't want to admit it. There is insufficient political will to tackle incompetence and corruption, never mind unaffordable state spending. But, locked into the euro, Greece cannot devalue its way out of trouble, so it relies on the kindness of strangers.

Dishing out German largesse to profligate Athens, with little expectation of a reasonable return, is a sure way for Mrs Merkel to join Gordon Brown as a political has-been. Fully aware of the revulsion felt by Mercedes and BMW employees at the prospect of their taxes being used to pay for a Hellenic car crash, she has resorted to creating a bogeyman – The Speculator.

By announcing a ban on the activities of short-sellers (those who bet to profit from falling prices in financial markets), she is hoping her decoy will avert German attention from the small print of Berlin's support for Greece, which talks of developing processes for "an orderly state insolvency". This sounds ominously like a softening-up process for a form of default.

Greece's severe difficulties were home-made. The euro has come under pressure not from dark forces of speculation but respectable investors, many of them traditional pension funds, which, quite correctly, worked out that when the crunch came, the Brussels elite would sanction an abandonment of its no bail-out rule and cough up for a messy fudge.

In 1990, the late Lord Ridley, when still a government minister, caused a storm by telling The Spectator that Europe's planned monetary union was "a German racket designed to take over the whole of Europe". One knew what he was getting at, but it has not turned out that way.

Protecting the euro has become a project via which profligate states dip their fingers in Berlin's till. Germany is taking on nasty obligations without gaining ownership of the assets. Germany's version of The Sun, Bild Zeitung, feeds its readers a regular diet of stories about the way ordinary Germans are being taken for mugs. Trust has turned to suspicion. Next stop is divorce.

As for the United Kingdom, we must be grateful that those frightfully clever Europhiles, such as Lord Mandelson and Kenneth Clarke, did not get their way. Had they been able to scrap the pound and embrace the euro this country would be even closer to ruin. Without a flexible currency, the colossal deficit clocked up by Mr Brown would have crushed us completely. We have little to thank him for, but it would be churlish to deny that his decision to reject Tony Blair's blandishments in favour of the euro was a life-saver.

Sterling's devaluation has not been pretty, but it is helping to keep our exports competitive while the coalition Government begins rebuilding the nation's finances. Siren voices from across the Channel, calling for closer integration between Britain and the rest of the EU, can be confidently rejected. As for joining the euro, I find it impossible to imagine any circumstances under which it would be in the UK's interest to do so.

related texts:

germans doubt eurocurrency

euro at risk

explosion euro

euro: systemic chaos after german legal challenge

jean ziegler: un nuremberg pour les speculateurs


25 Mai 2010

«Des enfants meurent à cause des gangsters de la Bourse »

Jean Ziegler

Dans ses livres qui ont marqué l’opinion, Jean Ziegler n’a cessé de dénoncer le caractère absurde et criminel des politiques du capitalisme envers les peuples du tiers monde. Il a été le rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation du Conseil des droits de l’homme aux Nations unies de 2000 à 2008. Michel Collon l'a interrogé à Genève sur la crise, la Bourse, la faim, Obama, Israël…

La crise t’a surpris ?

Dans sa violence, oui. Je ne pensais pas que les truands de la finance allaient ruiner l’économie mondiale à une telle vitesse : 1.800 milliards de valeurs patrimoniales ont été détruites. Pour les pays du tiers-monde, c’est une catastrophe totale. Mais aussi pour les pays industrialisés.

Ce sont encore les pauvres qui paient ?

Oui. Le 22 octobre 2008, les quinze pays de l’euro se sont réunis à Paris. Sur le perron de l’Elysée, Merkel et Sarkozy ont dit : « Nous avons libéré 1.500 milliards d’euro pour le crédit et pour augmenter le plafond d’autofinancement de 3 à 5% ». La même année, les mêmes pays européens ont réduit leurs subventions pour le programme alimentaire mondial (qui ne vit que de ces subventions) de 40 %. De six milliards de dollars à moins de quatre milliards.
Ce qui fait qu’au Bangladesh, on a supprimé les repas scolaires. Un million d’enfants sont gravement et en permanence sous-alimentés. Ces enfants meurent donc à cause des gangsters de la Bourse. Il y a là des morts véridiques. Les spéculateurs, aujourd’hui, devraient être jugés au tribunal de Nuremberg.

Quelle leçon les puissants ont-ils tiré de la crise ?

Aucune. Prenons l’exemple de la Suisse. Le contribuable suisse y a payé 61 milliards de dollars pour le sauvetage de la plus grande banque : UBS. L’an dernier, en 2009, les dirigeants d’UBS, toujours proche de la faillite, se sont distribués entre eux des bonus pour quatre milliards de francs suisses ! Le pillage est total et l’impuissance des gouvernements qui se comportent comme des mercenaires est totale aussi. En tous les cas, en Suisse, en France, en Allemagne où j’ai quelques renseignements. C’est un scandale permanent.
Le masque néolibéral est tombé évidemment, avec sa prétendue légitimité. Mais le cynisme et l’arrogance des banquiers triomphent totalement.

Et du côté du public, sens-tu une évolution ?

Non, si tu regardes les chiffres, ils sont catastrophiques. Toutes les cinq secondes, un enfant meurt de faim. 47.000 personnes meurent de faim tous les jours. Un milliards de personnes (c’est-à-dire un homme sur six) sont gravement et en permanence sous-alimentés. Alors que l’agriculture mondiale dans l’état actuel de son développement pourrait nourrir sans problème douze milliards d’êtres humains avec 2.700 calories par individu par jour ! Donc, au début de ce siècle, il n’y a plus aucune fatalité. Un enfant qui meurt de faim, au moment où nous parlons, est assassiné. C’est catastrophique.
L’ordre mondial du capital financier globalisé est meurtrier - épidémie, décès par la pollution de l'eau , etc… - et en même temps absurde : il tue sans nécessité. C’est l’ordre des oligarchies et du capital financier mondialisé. Sur le plan de la lutte contre la faim, l’échec est total.

Tu as été, de 2000 à 2008, le rapporteur des Nations-Unies sur le problème de la faim dans le monde. Quel bilan tires-tu ? As-tu servi à quelque chose ?

Oui. La conscience a augmenté. Plus personne aujourd’hui, ne considère ce massacre quotidien comme un fait de la nature. On va en Europe, je crois, et en tout cas dans les pays de la périphérie vers une insurrection des consciences. Il faut une rupture radicale avec ce monde cannibale.

Alors que le problème de la faim n’est pas résolu, on dépense de plus en plus pour faire la guerre.

En 2005, pour la première fois, les dépenses mondiales d’armement (pas les budgets militaires, juste les dépenses d’armement) ont dépassé mille milliards de dollar par an. Nous vivons dans un monde d’une absurdité totale.

Obama avait pourtant fait de belles promesses…

Il est vrai qu’Obama suit totalement la surdétermination de l’Empire. Je ne l’ai jamais rencontré, c’est sûrement quelqu’un de bien, mais la réalité qu’il affronte est effrayante. Les Etats-Unis restent la plus grande puissance industrielle au monde : 25 % des marchandises industrielles sont produites par eux, avec pour matière première le pétrole : 20 millions de baril par jour dont 61% sont importés. On peut l’importer de régions comme le Moyen-Orient ou l’Asie centrale, ce qui les force à maintenir une force armée totalement hypertrophiée, et le budget fédéral est donc complètement parasité par les crédits militaires… Mais telle est la logique de l’Empire.

Quel est ton sentiment sur ce qui se passe maintenant en Israël et comment cela peut-il évoluer ?

Je pense que Tel-Aviv dicte la politique étrangère des Etats-Unis avec le lobby de l’AIPAC, comme puissance déterminante.

Avant les politiciens, ce sont quand même d’abord les multinationales pétrolières qui décident d’armer Israël.

Oui, la logique fondamentale est que pour les intérêts pétroliers, il faut un porte-avion stable. Et l’Etat d’Israël mène - ce n’est pas moi qui le dit, c’est un rapporteur spécial des territoires occupés - une politique permanente de terrorisme d’Etat. Tant que ce terrorisme continue, il n’y aura pas de paix au Moyen-Orient, il n’y aura pas de fin au conflit Iran - Irak, ni rien du tout. Tout est sans issue sauf si enfin l’Union européenne se réveillait, tu comprends ?

Que pouvons-nous faire, nous Européens, pour la réveiller ?

Depuis juin 2002, existe un accord de libre échange entre Israël et les 27 pays de l’Union européenne qui absorbent 62% des exportations israéliennes. Dans cet accord, l’article 2 (c’est le même dans tous les traités de libre échange) dit : le respect des droits de l’homme par les partis contractantes est la condition pour la validité de l’accord. Mais les violences faites aux Palestiniens - vol de la terre, torture permanente, éliminations extrajudiciaires, assassinats, organisation de la sous-alimentation comme punition collective – tout cela, ce sont des violations permanentes des droits de l’homme les plus élémentaires. Si la Commission européenne suspendait pendant 15 jours l’accord de libre-échange, les généraux israéliens reviendraient à la raison immédiatement. Or, l’Europe des 27, ce sont des démocraties, c’est à nous de jouer, nous opinions publiques.

Comment ?

Il faut forcer nos gouvernements. Nous ne sommes pas impuissants. En Belgique, il y a beaucoup de problèmes, en Suisse et en France aussi. Mais une chose est certaine : les libertés publiques existent. Il faut se saisir de ces libertés publiques pour imposer à nos gouvernements un changement radical de politique, c’est tout. S’ils ne le font pas, alors il ne faut plus voter pour eux, tu comprends, c’est aussi simple que ça !

Mais tous ces gouvernements sont d’accord de soutenir Israël. En France, par exemple, que ce soit l’UMP ou le PS, ils soutiennent Israël.

Soutenir la sécurité et la permanence d’Israël, c’est une chose. Mais cette complicité avec le terrorisme d’Etat et la politique de colonisation, ce n’est pas possible. C’est la négation de nos valeurs, c’est « du fascisme extérieur » : c’est-à-dire que nos valeurs sont démocratiques à l’intérieur de nos frontières et à l’extérieur, nous pratiquons le fascisme par alliance.

Et enfin, le rôle des médias dans tout ça ?

Ils sont complètement soumis. Notamment en période de crise, les journalistes ont peur pour leur emploi. L’agressivité du lobby israélien est terrible. Moi, j’ai subi la diffamation la plus effroyable, et ça continue aux Nations-Unies d’ailleurs, c’est grâce à Kofi Annan que j’ai survécu. Israël est un danger pour la paix du monde, Israël cause d’effroyables souffrances. Et dans ce pays, les opposants comme Warschawski sont complètement marginalisés. Mais si l’opposition israélienne anticoloniale et anti-impérialiste n’a pas la parole, n’a pas d’influence, eh bien, nous allons vers la catastrophe. Il faut soutenir les opposants.

Et le rôle des médias à propos de la crise ?

La crise est présentée comme une fatalité, une catastrophe naturelle. Alors que les responsables sont identifiés !

Friday, 21 May 2010

capitalisme: c'est la crise finale...


18 mai 2010

L’argent destructeur

Voici la traduction de mon entretien originellement en allemand avec le Dr. Stefan Fuchs qui a été diffusé de 9h30 à 10h00 sur Deutschlandfunk le 9 mai. Les germanophones peuvent toujours écouter le podcast ici

J’accueille toujours avec reconnaissance les entretiens longs parce qu’ils permettent de développer, sans devoir tronquer une partie des arguments, une véritable démonstration.

Traduction française : j’ai pris comme base essentiellement la traduction de Johannes Finckh, la plus proche des mes propos originels en français. Merci à lui, merci aussi à Timiota et Fleurbleue qui avaient unis leurs efforts dans une traduction parallèle.

L’exemple que j’avais donné de trois personnes se prêtant mutuellement de l’argent n’a manifestement pas été compris par le traducteur allemand, qui m’a « corrigé » en parlant d’un triplement de la somme au lieu d’un doublement. J’ai réexpliqué l’exemple, en lui rendant sa cohérence, et du coup, sa rigueur.

L’argent destructeur

Enseignements de l’hypercrise, deuxième partie : Entretien avec le chroniqueur économique Paul Jorion

Par Stefan Fuchs

La crise financière culmine depuis l’automne 2008 dans une crise du capitalisme global. Car la libéralisation débridée des marchés et l’expansion de la division internationale du travail n’ont pas pu tenir les promesses gigantesques de croissance et de prospérité.

Dans la deuxième partie de la série d’entretiens « « Enseignements de l’hypercrise », Stefan Fuchs a eu un entretien avec Paul Jorion sur l’effet destructeur de l’argent. Jorion est chroniqueur économique du journal français « Le Monde ». Economiste structuraliste, il critique la mise sur le même plan de l’argent et du crédit comme une pure idéologie. Le capitalisme actuel serait selon lui à l’agonie.

Stefan Fuchs: Monsieur Jorion, vous étiez parmi les premiers à avoir prédit la crise américaine de « subprimes ». Vous-même travailliez aux États-Unis dans le secteur du crédit, et vous prédisiez dès 2004 une grave crise de ce capitalisme financier américain. L’élément déclenchant de l’hypercrise est selon votre analyse un mécanisme interne de l’économie globale telle qu’elle se développait dans le dernier tiers du 20ème siècle et qui a eu pour effet une concentration de plus en plus forte de l’argent en peu de mains. Comment décrivez-vous ce mécanisme qui conduisit presque à un tarissement de la circulation monétaire et qui déclencha cette crise extrême qui saisit ensuite aussi l’économie réelle ?

Paul Jorion: En comparant la crise de 1929 qui avait débuté aux États-Unis pour devenir alors une crise économique mondiale et la crise à laquelle nous avons affaire depuis 2007, on observe une parenté stupéfiante : la concentration de la richesse économique entre les mains d’une minuscule minorité. En vertu d’un mécanisme économique très simple. Lorsque l’argent n’est pas là où il est nécessaire, soit pour produire dans une entreprise soit dans les ménages pour acquérir des biens durables, ou bien encore parce que le salaire est insuffisant pour vivre du fait que les salaires réels stagnent ou sont même en recul, il faut alors se le procurer par le crédit. C’est une loi aussi implacable que logique : la concentration de la richesse est un processus qui s’autoalimente. Lorsque l’argent est réparti inégalement dans un système économique, cette répartition inégale s’accentuera avec le temps toujours davantage. C’est ce que nous vivons. L’argent n’est pratiquement jamais là où il est nécessaire, ni dans la production industrielle, ni dans la consommation. On doit toujours se le procurer via le crédit. L’argent et son prix ont aujourd’hui un rôle prédominant et qui va se renforçant continuellement. Le système financier dispose d’une omniprésence quasi-divine qui ponctionne un profit sur chaque transaction. Du coup, une part croissante d’intérêts est contenue dans le prix de tous les produits et de tous les services.

Fuchs: Qu’est-ce qui explique cette baisse des salaires réels ? Qui selon vous est responsable de ce processus de concentration ? Est-ce un rapport de forces politique, ou alors y a-t-il des mécanismes économiques ? Qu’y a-t-il derrière cela ?

Jorion: Pour simplifier grossièrement, il y a trois groupes sociaux dans nos sociétés. C’est ainsi que l’on le concevait au 18ème et 19 ème siècle. Il y a les entrepreneurs qui ont le concept d’un nouveau produit. En cas de succès, ils peuvent faire travailler d’autres qui vendent leur force de travail : les ouvriers et les employés. Et puisque le capital n’est pas toujours là où se crée une entreprise, il doit provenir de crédits. Il y a donc ainsi un troisième groupe, celui des détenteurs de capitaux. Dès qu’un gain s’est constitué, généré par la production, il faut le répartir entre ces trois groupes. Le détenteur du capital percevra d’abord les intérêts qui lui sont dus. Il existe ainsi un antagonisme naturel entre détenteur de capitaux et entrepreneur, un rapport de forces, qui détermine la hauteur des intérêts. Quand l’économie va bien, l’entrepreneur abandonnera davantage d’intérêts et de dividendes au détenteur de capital, et moins quand l’économie va mal. Il doit partager le reste avec ses ouvriers. Il y a ici aussi un antagonisme. L’entrepreneur n’est pas disposé à laisser à ceux qui travaillent pour lui plus qu’il n’est nécessaire. Quand ceux-ci sont organisés en syndicat, ils peuvent réduire la concurrence entre eux et présenter un front dans cet antagonisme.

Depuis le milieu des années 1970, il y a cependant eu un facteur qui, au moins dans les grandes entreprises, a modifié radicalement ce jeu de forces. On a introduit le système des « stock options ». La firme de conseil McKinsey menait alors des recherches sur la manière d’éliminer l’antagonisme entre entrepreneurs et capitalistes, comment en faire deux groupes d’alliés immédiats. La réponse : aligner les intérêts des dirigeants et ceux des investisseurs. Le moyen : gratifier les managers d’options sur les actions émises par l’entreprise. Un dirigeant d’entreprise peut exercer ses options au moment de son choix. Naturellement, il ne le fera que quand l’action aura atteint un cours élevé. Il consacrera toute son énergie à ce que le cours de l’action monte, même si cela n’est possible que dans une perspective à court terme ou qui nuit même aux intérêts à long terme de l’entreprise. Les “stock options” marquent le début d’une nouvelle forme du capitalisme accompagnée d’un glissement des rapports de force entre les groupes sociaux. Dès lors, les capitalistes et les entrepreneurs sont alliés. Les salariés se retrouvent face à eux bien seuls. Le rapport de forces ne leur était déjà pas favorable initialement, leur position est désormais affaiblie d’une façon déterminante.

Parallèlement, la financiarisation de l’économie devint massive. Le cours de l’action devient plus essentiel que la production proprement dite. La firme américaine Enron, aujourd’hui disparue, est un bon exemple de ce changement de paradigme. A un moment de son histoire, le produit proprement dit de l’entreprise était devenu le simple cours de ses actions. Grâce à un procédé comptable appelé « bootstrapping » [se soulever en tirant sur ses lacets], le succès de l’entreprise était directement lié au cours de l’action. Lorsqu’une action dépassait une valeur seuil, le profit enregistré par Enron s’accroissait. La production est devenue immatérielle à 100%. C’est le système des stock options qui rendit cela possible. Et parallèlement, il y avait stagnation, voire baisse des salaires réels qui ne croissaient plus avec le taux d’augmentation de la productivité.

Dans ce contexte, le crédit est devenu, surtout aux Etats-Unis, une sorte de salaire d’appoint appelé à protéger contre la chute du niveau de vie et aussi contre un effondrement total de la demande. Mais les crédits signifient le paiement d’intérêts. 5 pour cents ne semblent a priori pas énormes, mais quand on doit payer un crédit immobilier à 5,3% sur trente années, comme cela est courant aux USA, on aura payé en fin de période le prix de la maison deux fois. Pendant ce temps-là, la spéculation poussait toujours davantage les prix immobiliers à la hausse. La valeur d’une maison pour une famille en était venue à correspondre à trente années de revenu disponible. Un prix véritablement astronomique.

Justifiant tout cela se trouvent les théories de l’ordolibéralisme économique qui croit fermement à une autorégulation des marchés et n’autorise à l’État que des interventions minimales dans leur déroulement. Dans la pratique, l’instauration de ce système n’avait été, comme nous sommes obligés de le constater maintenant dans le contexte de la crise, qu’une avancée par essais et erreurs, quasiment une vaste expérimentation de laboratoire sur l’économie mondiale. On dérégule et on verra bien ce qui se passe. Les effets apparaissent avec un certain décalage dans le temps, et quand on peut les observer, il est alors beaucoup trop tard. Il n’y a pas que dans le cas de la catastrophe climatique que l’on à affaire à des phénomènes irréversibles, c’est vrai aussi dans le champ économique.

Dans les années 1980, quand ces théories avaient été mises en pratique, on n’a pas eu une conscience claire de ceci : un système économique bâti sur le crédit multiplie les risques. Dans un système économique piloté par le crédit se constituent des chaînes d’emprunteurs, A doit à B qui doit à C et ainsi de suite. Quand un crédit fait défaut, toute la chaîne s’effondre à partir de celui qui fait défaut, comme des dominos. Contre le risque, l’industrie financière avait développé, avec son inventivité inépuisable, des instruments nouveaux, les fameux et problématiques “credit default swaps” ou CDS, des assurances de défaut du crédit. Mais, au lieu de contrôler ainsi les risques, ces instruments génèreront à leur tour des risques nouveaux. Car on peut les utiliser pour spéculer, on peut par exemple parier sur le fait que les obligations grecques se déprécieront. Tant pis pour celui qui aura mal spéculé. Exemple l’assureur US “AIG”. Perte pour le contribuable américain : 182 milliards de dollars, du même ordre que le sauvetage de “Fannie Mae” et “Freddie Mac”.

Fuchs: Je voudrais revenir sur la perspective de la majorité de la population. Dans un tel contexte, elle est mise à contribution deux fois, une première fois parce que sont déjà inclus dans les prix une grande part d’intérêts, et une deuxième fois en raison des crédits qu’elle doit souscrire afin de compléter un salaire insuffisant, ce qui signifie qu’on la fait payer à deux reprises.

Jorion: Dans les faits, débute à la même période, autour de 1975, l’introduction de la micro-informatique qui rendait possible une véritable explosion de la productivité. Mais cet accroissement de la productivité, les salariés n’en bénéficient pas. Leurs revenus resteront toujours davantage en retrait par rapport à l’évolution économique. La productivité est aussi augmentée partiellement par des rationalisations, autrement dit parce que les gens perdent leur emploi. En même temps, les prix augmentent parce que les intérêts et la spéculation les poussent à la hausse. Rien que dans l’essence et le gazole est contenu un bon tiers de gains spéculatifs. La majorité des Américains doit de ce fait compléter ses revenus grâce à du crédit alors que l’industrie financière prospère insolemment : les gains de productivité vont dans sa poche, les intérêts de toute manière aussi. C’est cela l’absurdité de la discussion autour des paiements des bonus des banquiers. Le pouvoir politique veut les limiter, et il fait valoir cela comme une régulation décisive du secteur bancaire. Or c’est un pur effet de surface. Ces bonus sont des commissions : un faible pourcentage des profits réellement générés par l’industrie financière. Quand des millions vont dans les poches des traders, c’est seulement parce qu’ils ont récolté des milliards pour l’établissement qui les emploie. Pourquoi les banques gagnent-elles de telles sommes ? Tout simplement parce que cet argent a cessé d’être redistribué aux salariés.

Fuchs: Vous faites partie de ces experts économiques structuralistes qui critiquent l’assimilation du crédit à la monnaie comme quelque chose d’idéologique au plus haut point et qui est responsable de l’invisibilité du processus de concentration de la richesse dont nous venons de parler. En quoi consiste l’erreur quand on dit que la monnaie en espèces et la monnaie scripturale seraient la même chose ?

Jorion: On parle de masses ou d’agrégats monétaires et de la création monétaire par les banques commerciales. Dans un calcul usuel, on additionne la quantité de monnaie liquide et ce dont les gens disposent sur leurs comptes et livrets d’épargne. On constate alors que le total croît continuellement, que la richesse croît constamment. On oublie alors que la monnaie liquide et la monnaie scripturale sont deux choses fondamentalement différentes. Supposons par exemple trois personnes qui ont, chacune, 10 euros en poche. Elles se prêtent cet argent l’une à l’autre. Si on calcule maintenant selon la manière conventionnelle, la somme a doublé. En effet, chacun des trois – en tant que prêteur – possède une créance de 10 euros en poche, et – en tant qu’emprunteur – possède 10 euros en espèces. Ce n’est pas une erreur de calcul, c’est la méthode prônée par le « science » économique. On parle de masses monétaires M1, M2, etc. L’économiste théoricien Schumpeter a très bien justifié pourquoi il conviendrait d’additionner la richesse réelle et la richesse « négative » que sont les dettes. C’est seulement en cas de crise que l’on reprend douloureusement conscience de la différence. La valeur d’un billet de 10 euros est 10 euros. Son pouvoir d’achat peut varier quand les prix montent, mais sa valeur reste fondamentalement la même. Quant à une reconnaissance de dette, son cas est tout à fait différent. Il faut l’évaluer en fonction du risque, selon la probabilité que le remboursement ait lieu réellement. Lors des crédits hypothécaires qui avaient déclenché la crise aux USA, leur valeur tombait à zéro. Et les masses monétaires M1, M2 fondaient soudainement comme neige au soleil. Où est passé l’argent, se demandait-on naïvement ? La monnaie liquide est toujours là, mais tous les crédits et reconnaissances de dettes ont disparu. Les économistes n’ont certes pas inventé ces calculs douteux uniquement pour faire plaisir au secteur bancaire. Objectivement, ceux-ci sont cependant très commodes pour l’industrie financière. Mais les économistes se sont trompés, on ne peut pas simplement additionner ces deux types de quantités. L’un des chiffres est réel, l’autre est virtuel.

Fuchs: La ligne de défense du secteur bancaire est que l’argent public employé pour leur sauvetage ne serait que des garanties et que cet argent ne serait en réalité pas réellement perdu et qu’il pourrait, dans certaines circonstances, être aussi bien restitué, que faut-il en penser ?

Jorion: Prenons par exemple une “mortgage-backed security”, un titre garanti par des hypothèques. Y sont contenus les crédits hypothécaires de 3000 propriétaires de maisons. Chaque fois qu’ils paient une mensualité, de l’argent parvient aux titulaires du titre (investisseurs). Si le titre papier est émis en 2007 et si certains débiteurs ont cessé de payer leurs mensualités, ce titre ne vaut peut-être plus que 83 cents par dollar (investi). Les banquiers disent alors que si les autres débiteurs continuent à payer, il n’y a pas de raison de décoter encore davantage ce titre, il suffit de le conserver sans s’inquiéter jusqu’à sa maturité. Mais ceci est ridicule, car rien ne vient soutenir la supposition que la situation s’améliorera nécessairement l’année prochaine ou dans deux ans. Sous-tend cet type d’argumentation la méthode de valorisation “mark to model” qui renvoie à la représentation d’une situation idéale où toutes les difficultés du présent auront été éliminées. Le taux de chômage par exemple ne varie pas brusquement d’une semaine à l’autre. Il est soumis à des cycles long. Aux USA, on a ainsi fêté dans l’euphorie le fait qu’en mars avaient été créés 162.000 nouveaux emplois. En y regardant de plus près, on constate qu’un tiers des emplois étaient des embauches provisoires pour le recensement décennal de la population, et un autre tiers avait été postulé à partir des fluctuations historiques de création et de disparitions d’entreprises aux USA. Ce qui veut dire que 50.000 seulement de ces emplois sont réellement nouveaux. On sait cependant que l’Amérique aurait besoin, pour confirmer son rétablissement économique, de 250.000 emplois neufs par mois pour les cinq années à venir. On peut bien sûr être un optimiste incorrigible qui image que demain au réveil tout se retrouvera miraculeusement comme avant la crise.

Fuchs: Est-ce à dire que les tristement célèbres “bad banks” sont des tombes où l’on a enterré de l’argent ?

Jorion: La probabilité d’une réanimation est en effet aussi élevée que dans un cimetière. En mars 2008, le ministre des finances américain Henry Paulson avait orchestré le rachat de Bear Stearns par JP Morgan. Il déclara par la suite à plusieurs reprises publiquement que ce sauvetage était unique et qu’il ne serait pas possible de le répéter. Il le redisait encore quand survint, 6 mois plus tard, la faillite de Lehman Brothers. On avait enfoui les déchets financiers toxiques de Bear Stearns et vissé par dessus un couvercle comme s’il s’agissait d’un deuxième Tchernobyl. Personne ne devait y toucher, personne ne devait savoir ce qui s’y cachait. Seule l’insistance des médias, de Bloomberg et de Fox News, a fait que le contenu a dû être dévoilé. On a dévissé le couvercle pour jeter un coup d’œil dans le sarcophage, et on a pu constater que ce qui s’y trouvait n’avait absolument aucune valeur.

Fuchs: Si je vous ai bien compris, vous attribuez à une sorte de perversion de la nature de l’argent, à un fétichisme de l’argent, le véritable arrière-plan historique et culturel de ce à quoi nous assistons maintenant sous sa forme extrême. On a fait, à partir d’un instrument destiné à l’échange, à savoir l’argent en tant qu’instrument de la circulation, un instrument d’accumulation de la valeur. En quoi est-ce un mésusage de l’argent, car, enfin, la formule de l’intérêt est pour nous, depuis la renaissance, liée à l’usage de l’argent ?

Jorion: On peut dire que l’argent est un instrument neutre qui n’a comme tel un effet ni positif ni négatif. Il constitue un simple substitut du troc : une marchandise spécialement conçue pour l’échange. Une image tout à fait différente émerge cependant au plan historique. A l’origine, les sociétés féodales étaient dominées par la caste des guerriers qui s’appropriait les terres par la force. Ils sont ce que Hegel nomme les “Maîtres”. En face d’eux se tient la majorité de la population, les « esclaves » devenus “serfs” par la suite. Les uns travaillent, les autres règnent sur eux. Pour pouvoir faire circuler les produits issus de cette division du travail, il fallait les marchands. Ils vont de pays en pays, vendent leurs marchandises et vivent de leur profit. Pour ce commerce, on a besoin de l’argent comme instrument de la circulation. Au moyen âge et surtout pendant la renaissance, les régnants font une découverte surprenante. Ils n’ont plus besoin de la violence comme base de leur règne. L’argent rend le même service. Avec lui, on peut amener quelqu’un à travailler pour soi, sans autre violence. La révolution française et sa nouvelle redistribution du pouvoir n’a rien changé à cela. Les aristocrates ont vite compris qu’il pouvaient renoncer à leurs privilèges seigneuriaux s’ils possédaient suffisamment d’argent. L’épée ou le sabre ne sont plus nécessaires, on peut arranger tout cela de la même manière avec de l’argent. Aristote avait reconnu cet aspect de l’argent comme l’héritier de la violence sociale. L’argent reflète le rapport de domination et remplace l’instrument de la violence.

Fuchs: Que devrait-on donc faire pour neutraliser cet effet antidémocratique renforçant les dominations dans nos sociétés, pour l’affaiblir voir l’annuler ?

Jorion: Ce qui avait été fait en 1929, a été refait en 2007 : attendre jusqu’à ce que la concentration de la richesse sociale devienne telle que tout le système s’effondre. C’est alors seulement que l’on repense soudain à la redistribution. Dans les années trente, ce sont des instruments redistributifs que Keynes avaient proposés en Angleterre et qui furent appliqués également aux États-Unis. Pour Keynes, le plein-emploi était l’objectif primordial. Il faut se souvenir que l’on assistait alors en Angleterre à une montée en puissance parallèle du fascisme et du communisme. L’enjeu devenait crucial. La démocratie était menacée sur deux flancs par des idéologies totalitaires. Pour Keynes, il fallait combattre le mécanisme de concentration de la richesse. Il fallait que l’argent soit redistribué de manière plus équitable. Pour que les gens consomment à nouveau et puissent aussi acheter les marchandises produites par eux, il fallait avant tout leur donner du travail et rémunérer celui-ci d’une manière adéquate.

L’instrument de la redistribution par l’imposition qui accompagne l’État keynésien, est, hélas, aujourd’hui émoussé. On a permis en particulier aux entreprises de l’économie réelle de se transformer en entreprises quasi virtuelles. Elles distribuent leur chaîne de création de richesse sur un grand nombre de pays, et bénéficient de la concurrence mondiale existant entre eux pour les derniers emplois restants. On permet à la richesse socialement produite de se réfugier dans un espace virtuel et quasi transnational. Il ne faut pas négliger non plus l’influence de l’argent sur la politique. Il est plus aisé de se faire élire à un poste politique quand on appartient à un parti soutenu par l’industrie financière. Cela a conduit aux États-Unis à un système qui se rapproche de l’ancien système électoral censitaire. La cour suprême des États-Unis a récemment suspendu pour les entreprises toute limitation des dons politiques. Et ce en invoquant le principe de la libre expression ! Naturellement, les entreprises ont des ressources financières d’un tout autre ordre que l’individu moyen. Avec de l’argent, on s’achète de l’influence sociale. Un coup d’état n’est donc pas nécessaire, pas besoin d’envoi de troupes. Une fois encore : l’argent procure le même type de service.

Fuchs: Il y a une autre proposition de Keynes que vous préconisez, c’est la monnaie synthétique mondiale qu’il appela le “bancor” et qu’il a proposée à Bretton Woods, mais qui ne fut pas retenue. Dans quelle mesure cela pourrait-il nous venir en aide dans le contexte actuel ?

Jorion: Il faudrait vérifier si le bancor pourrait vraiment constituer une solution. Dans son principe, il ressemble beaucoup aux droits de tirage spéciaux que le Fonds Monétaire International a institués. La crise grecque et de l’euro a très nettement souligné qu’une monnaie devrait correspondre à un espace économique poursuivant une politique économique intégrée. Les États-Unis ont ancré dans leur constitution la solidarité économique entre les états de la fédération. La Californie et ses excédents d’exportation doit pouvoir répondre de la Géorgie beaucoup moins riche. Cela ne pourrait pas fonctionner autrement. On ne peut revendiquer tous les avantages d’un espace monétaire unique et sans risque de change pour son industrie domestique d’exportation et en même temps refuser toute responsabilité pour le déséquilibre économique au sein de cette zone économique. Je parle évidemment du champion du monde de l’exportation, l’Allemagne, et, au niveau de l’économie mondiale, de son concurrent, la Chine. On ne peut pas en tant qu’économie nationale, qui s’est quasi spécialisée dans l’exportation, reprocher aux autres qu’ils n’exportent pas autant. Vers où doivent-ils exporter ? Tant que la planète Mars ne s’ouvre pas comme un nouveau marché vierge, il n’y a pas d’issue. Le commentateur en chef du Financial Times, Martin Wolf, a très bien décrit cela. Les Allemands ont renié la parole du philosophe Immanuel Kant : un principe moral doit toujours valoir pour tous, il doit être universel. Mais tous ne peuvent devenir champions du monde de l’exportation.

Keynes a reconnu ce problème. Il était à la recherche d’un système qui serait en mesure de compenser des déséquilibres dans les bilans commerciaux. Le noyau de son plan bancor était de créer une monnaie de compte qui sanctionne les excédents aussi bien que les déficits commerciaux. Car les deux sont nuisibles dans le cadre d’une économie mondiale durable. Malheureusement, sa conception n’a pas pu s’imposer à Bretton Woods. Son concept général, il faut le mentionner, n’était pas neuf. Un système d’accords bilatéraux équilibrés entre l’Allemagne et d’autres pays avait été mis au point par Hjalmar Schacht qui avait été président de la Reichsbank et ministre de l’économie d’Hitler. Schacht a été jugé après la guerre à Nuremberg pour complicité dans la mise sur pied de la machine de guerre allemande. Il a été acquitté. Quoi qu’il en soit, Keynes n’a jamais fait mention de la parenté intellectuelle entre son propre projet et des applications d’inspiration commune dans l’Allemagne vaincue. Cela aurait jeté la suspicion sur leur bien-fondé dans la période d’après guerre et aurait pu compromettre toute chance de leur mise en application.

Fuchs: Le mainstream économique a déjà évacué la crise : « Des signes positifs se pointent à l’horizon », « Le pire est derrière nous ». Vous êtes beaucoup plus pessimiste, vous croyez au “double plongeon”, ce profil en forme de W où la deuxième jambe sera beaucoup plus dramatique que la première. Cette seconde partie, sur quelle champ se joue-t-elle ? Sera-ce une crise de l’endettement public ? Sera-ce une crise de la demande déclenchée par l’épargne ? Donc une crise déflationniste, se produira-t-elle?

Jorion: Je pose d’abord une première question : où se trouve donc ce mainstream dont vous parlez ? Il s’agit de quelques journaux, de quelques stations de télévision, certainement pas la majorité des opinions exprimées ! Il y a eu en avril un sondage en France. On demandait aux gens s’ils croyaient que la crise état terminée. 75 % ont répondu non.

Ce qui se profile devant nous, c’est la maladie japonaise : une période de stagnation se traînant en longueur, accompagnée d’une déflation. Pour Keynes, la déflation était le plus grand des dangers. Plus personne ne dépense, car tout pourra être obtenu demain encore meilleur marché. L’économie se fige, le chômage monte en flèche, et on assiste à la paupérisation de large couches de la population.

La récession va reprendre en vigueur, les états nationaux ont épuisé leurs munitions. Ils sont incapables de recharger leurs armes. Le sauvetage du secteur bancaire a épuisé les dernières réserves. Pour lui, les États ont dépensé plus qu’ils n’avaient. Dans leur grande majorité, ils sont tout aussi insolvables que la Grèce. La tentation est grande de réduire la charge de la dette par l’inflation. Mais l’inflation, c’est incendier la plaine, c’est un processus qu’il est impossible de maîtriser.

On me pose souvent la question si nous sommes en train de vivre la crise finale du capitalisme. C’est en effet à une sorte d’agonie que nous assistons. Il ne mourra peut-être pas pour les raisons que Marx avait prédites. Mais cela n’y change rien. Le système peut être mortellement blessé, alors même que Marx se serait trompé.

Il faut agir sans tarder, il faut empêcher l’industrie financière de causer davantage de dégâts. Depuis trois ans, je plaide pour l’interdiction des paris sur les fluctuations de prix. Mais rien ne bouge. Des sommes énormes sont soustraites à l’économie par des tours de passe-passe spéculatifs. Tout ça est très très dangereux.


17 mai 2010

Marc Fiorentino : «Le public doit savoir que les marchés sont manipulés !»

Fortis ? «On a fait paniquer les gens pour qu'elle puisse être ‘ramassée à la casse’.» La Grèce ? «C'est un test avant la ‘mère des batailles’ sur la dette américaine.» Qu'est-ce qui arrêtera les spéculateurs ? Morceaux choisis de Marc Fiorentino, l'un des gourous les plus courus de la place financière parisienne, qui prédit l'implosion prochaine de l'économie chinoise.

Marc Fiorentino

Marc Fiorentino © Antoine Moreno

Marc Fiorentino est un financier qui s'assume mais qui n'assume pas pour autant tout ce que la finance fait. Sa deuxième vie, à côté de la finance, est l'écriture. Ce Français de souche tunisienne est en effet aussi, «à titre accessoire », l'auteur comblé de véritables bestsellers - le dernier en date étant Pour tout l'or du monde (1). Fortune faite mais pas « rangé des voitures » pour autant, il dit avoir écrit son dernier roman avec la volonté de raconter et de vulgariser ce qui peut se passer réellement dans les coulisses du secteur financier, un monde qu'il connaît au demeurant fort bien pour y travailler lui-même depuis maintenant 26 ans. Morceaux choisis d'une rencontre dans son bureau parisien, au siège de ses sociétés (Euroland, Allofinance...), basé... rue Balzac.

Que pensez-vous de la situation en Grèce ?

Marc Fiorentino : C'est la genèse de mouvements beaucoup plus forts. C'est un « test » avant de mener un jour « la mère de toutes les batailles », celle sur la dette américaine. Le grand public doit donc comprendre que les marchés sont en fait manipulés. Pour l'instant, les fonds spéculatifs fourbissent leurs armes sur des cibles plus petites. Et tout comme Hitler a envahi la Pologne et la Tchécoslovaquie avant de s'en prendre finalement à la France, les fonds spéculatifs s'en prennent pour l'instant à la Grèce avant de s'en prendre par la suite aux Etats-Unis !

Mais de là à imaginer que les Américains accepteront de se (sou)mettre au régime sec du FMI...

Les Américains n'auront pas envie de se défendre et, à la limite, ils en appelleraient presque de leur voeux une attaque sur la dette américaine !

Pourquoi ?

Dans le langage populaire, on dit aux Etats-Unis que « ce qui est bon pour General Motors est aussi bon pour l'Amérique ». Et GM est en... chapter 11 [NDLR : en concordat] ! Bref, les Américains finiront un jour par dire : « On vous doit 100 mais on ne vous remboursera que 60. Ainsi, on restera debout et on sera toujours vos clients ! » La mentalité des Américains est ainsi faite qu'ils n'ont pas la même idée que nous, Européens, de la cessation de paiements. Là-bas, ne dit-on d'ailleurs pas qu'il faut avoir fait faillite deux fois avant de réussir ?

Pensez-vous que les Chinois vont laisser faire ?

Le monde aura en tout cas à se préparer à un nouveau Bretton Woods. Dans les faits, on permettra certainement aux Etats très endettés d'annuler une partie de leurs dettes, tout comme ce fut d'ailleurs le cas avec l'Amérique du Sud dans les années 1980. Quant à la Chine, elle a évidemment tout intérêt à laisser l'économie américaine debout. Ne serait-ce déjà que pour pouvoir continuer à y écouler ses produits...

Peut-on dès lors imaginer dans la foulée une flambée du cours de l'or ?

Avant d'arriver à une solution de réalignement international, il y aura au bas mot une année de pourparlers mais, en cas de crise, l'once d'or pourrait, qui sait ? monter jusqu'à 2 000 à 3 000 dollars...

Quand verriez-vous ce scénario se dérouler ?

D'ici à deux ans au maximum. Le plus paradoxal est que les problèmes viendront selon moi de... la reprise économique !

Pourquoi ?

La reprise économique provoquera immanquablement une hausse des taux d'intérêt, donc une hausse du coût de la dette. Cette situation sera particulièrement difficile à supporter pour les Etats déjà surendettés, avant que l'inflation ne vienne tout de même réduire le poids réel de cette dette. Cela étant, ce que d'aucuns oublient un peu vite, c'est que si l'inflation augmente, les taux d'intérêt augmenteront à leur tour aussi, et donc le poids de la charge de la dette. Et quand on sait que, pour beaucoup de pays, c'est déjà le principal poste budgétaire...

Nous vivons dans un monde globalisé. La crise des subprimes nous l'a suffisamment démontré. Quid alors, selon vous, des répercussions chez nous ?

Chez nous, la situation est différente : historiquement, les Etats se sont endettés pour rendre des services aux ménages, services qu'ils ne payaient pas. Les ménages ont donc ainsi eu de quoi épargner. En France, l'épargne des ménages est égale au volume de la dette de l'Etat. On vit donc dans une sorte d'autarcie financière. Si, demain, le monde financier devait exploser, l'Etat français pourrait se financer auprès des ménages. En fait, notre chance, c'est de vivre sur un continent d'épargnants, moins dépendant qu'on ne l'imagine des marchés étrangers.

En Grèce, le remède de cheval imposé par le FMI et l'Union européenne a mis les gens dans la rue. Imaginerait-on « demain » pareil scénario chez nous ?

Le jour où les gens ont peur, on peut leur demander n'importe quoi ! En 2008, en contrepartie de la garantie sur leurs dépôts bancaires, les gouvernements auraient par exemple pu demander aux gens de travailler 3 ans de plus ! Ils ont loupé là l'opportunité de demander des sacrifices à la population sans révolte sociale en corollaire !

Est-ce cependant normal et acceptable de voir la spéculation in fine acculer les populations à de si lourds sacrifices ?

Notre système social est en fait utopique. Les Etats européens ne peuvent plus assurer le vieillissement de la population et assumer leur responsabilité en termes de sécurité sociale. En l'état actuel des choses, le financement structurel des retraites est impossible. Ne vous trompez pas, je ne dis pas que c'est bien, je vous fais juste part de la réalité face à laquelle on va se retrouver. Vous savez, en Europe, les gens continuent à croire que l'Etat est une sorte de deus ex machina, bref, une sorte de création divine où l'argent viendrait du ciel. Or l'argent vient de la poche des gens et tout est fait a priori pour fonctionner en circuit fermé. Si on sort du modèle, on se retrouve alors dans une situation à la grecque avec, à la clé, un dur rappel à la réalité. En deux mots, le modèle européen - du fait du vieillissement de sa population - ne fonctionne plus et les politiciens n'ont pas le courage affiché de le remettre en cause. Ils n'ont évidemment pas envie d'avoir une grève générale alors qu'il y a toujours une phase d'élection en ligne de mire. Ils attendront donc patiemment que le système explose, comme en Grèce. Et ils finiront par dire aux gens : « C'est comme ça ou bien on ne nous prête plus d'argent ! »

Et la Chine dans tout cela ?

La Chine ne sera pas « attaquée », elle va carrément imploser !

Qu'est-ce qui vous amène à cette affirmation ?

Cela fait plus de vingt ans que je m'intéresse aux « bulles ». J'ai une check-list de 20 critères qui font qu'on est ou non dans un phénomène de « bulle ». Pour la Chine, j'ai déjà coché au bas mot 15 des 20 cases de ma liste ! Ce pays entretient le mensonge permanent. Ainsi, contrairement aux Etats-Unis et à l'Europe, la Chine n'accepte pas la chute de son PIB. Du coup, elle maintient artificiellement sa croissance économique au-dessus des 8 % fatidiques. Et pour cela, elle a pourri - c'est le terme - le bilan de ses banques. Obligées de prêter à des régions, à des collectivités pour des projets qui ne seront jamais rentables, les banques chinoises croulent aujourd'hui sous les mauvaises créances. Cela étant, prestige oblige, si la Chine fera tout pour tenir jusqu'au terme de l'Exposition universelle de Shanghai, je n'ai cependant pas le moindre doute sur l'implosion prochaine de l'économie chinoise !

Concrètement ?

Ce sera pour elle un retour cinq ans en arrière, comme ce fut le cas au Japon dans les années 1980. Et il lui faudra cinq à sept ans pour revenir dans la course. Géopolitiquement, il y a du positif là derrière. En effet, depuis des années, en donnant l'impression qu'elle a vraiment d'immenses réserves de change (en occultant une dette tout aussi abyssale), la Chine a politiquement renforcé des Etats « peu fréquentables », tels l'Iran, le Soudan et nombre de dictatures africaines. Là aussi, des cartes vont être redistribuées.

La crise financière de 2008 nous a démontré que la finance est mondialisée. Faut-il ici rappeler à quel point nous avons souffert en Europe - et singulièrement en Belgique - des conséquences des défaillances sur les prêts hypothécaires américains ?

Tout cela a été une énorme arnaque ! On s'est servi d'une crise extérieure - qui nous a certes touchés mais pas autant qu'on l'a dit - pour provoquer une panique qui a permis à certains de redistribuer les cartes, décrochant le gros lot au passage. En Belgique, on a fait volontairement paniquer les gens sur Fortis, histoire que Fortis puisse être « ramassée à la casse » et que les actionnaires soient « nettoyés ». Je ne suis pas là dans la théorie du complot. Je m'inscris juste dans la logique de l'industrie où on profite des circonstances pour acheter son concurrent à bon prix. Fortis était une très bonne affaire pour BNP Paribas !

Dans la foulée de la crise financière, les Etats s'étaient engagés à mieux réglementer le secteur financier. Où en est-on aujourd'hui entre « l'effet d'annonce » et « l'annonce des faits » ?

Nulle part ! Et le drame est dans l'hypocrisie des politiciens. Aux Etats-Unis, le président Obama avait clamé en arrivant au pouvoir : « Les bonus obscènes, c'est fini ! » Un an après, Citi, bien que détenue par l'Etat américain, a quand même versé de plantureux bonus ! En Grande-Bretagne, par contre, la taxe sur les bonus rapporte énormément d'argent. Le gouvernement anglais escomptait 500 millions de livres. Elle lui a finalement rapporté 2,8 milliards de livres ! En France, les discours de Sarkozy - qui se prend pour Besancenot - me fatiguent. Il nous a sorti 1 000 mesures pour relancer l'économie et seules 80 sont appliquées. Vous savez, les gens ne sont pas dupes. Voyez l'écart de popularité qui existe aujourd'hui entre un président qui ment et un Premier ministre qui parle vrai. La popularité va aujourd'hui à celui qui dit la vérité.

Un mot de conclusion à l'adresse des politiciens ?

Est-ce qu'il y a des gens qui gagnent à tous les coups ? Oui : les grands patrons des hedge funds, ces machines à faire de l'argent et qui ne font leur métier que sur le dos de la bêtise des gens. Ainsi, si on laisse fonctionner un marché des CDS (Credit Default Swaps) grecs sans réglementation, il ne faut pas se plaindre de voir ensuite les fonds gagner de l'argent en attaquant l'euro. Le métier des spéculateurs, c'est de gagner de l'argent, point. Et permettez-moi de rappeler au passage que dans les années 1980, la Fed [NDLR : la banque centrale américaine] et la Bundesbank [NDLR : son alter ego allemand] engageaient des traders et les payaient très cher. Leur objectif était alors de se battre avec les mêmes armes que ceux qui étaient en face d'elles. L'expérience fut concluante. Pourquoi n'envisagerait-on rien de comparable aujourd'hui ?

(1) Ed. Robert Laffont, 2010, 414 p.

Propos recueillis par Jean-Marc Damry (LeVif/L'Express), à Paris