Wednesday, 26 December 2012

beirut: christians praise hezbollah's tolerance


In Hezbollah stronghold, Lebanese Christians find respect, stability  

In a Christian home in a Shiite suburb of Beirut, images of Hezbollah leader Hassan Nasrallah share mantel and wall space with the Virgin Mary.   

Ariel Zirulnick, Staff writer
December 21, 2012

Randa Gholam, a Christian living the Hezbollah stronghold neighborhood of Harat Hreik, stands next to a poster of Hasan Nasrallah in her home on November 15, in Beirut, Lebanon. Gholam supports and admires Hezbollah leader, Sheikh Hassan Nasrallah, and says she feels and free to worship as a Christian in a predominately Shiite neighborhood.
(Ann Hermes/The Christian Science Monitor)

The face of the revered Shiite militant leader appears on posters, a calendar, and in several photographs nestled amid those of Christian homeowner Randa Gholam's family members. Mr. Nasrallah is, Ms. Gholam asserts amid a string of superlatives, “a gift from God.”
Lebanon’s sectarian divides are legendary, and the residents of the historically Christian neighborhood of Harat Hreik, now a Hezbollah stronghold, remember well the civil war that set Beirut on fire. They were literally caught in the middle of some of the most vicious fighting, with factions firing shots off at one another from either side of their apartment buildings.

But in the intervening years, as Hezbollah cemented its control over the suburb of Dahiyeh, which includes Harat Hreik, the militant group has been an unexpected source of stability and even protection for the few remaining Christian families. Just a few blocks away from Nasrallah’s compound is St. Joseph’s Church, a vibrant church that Maronite Christians from across Beirut flock to every Sunday. 
“I feel honored to be here. They are honest. They are not extremists. It’s not like everyone describes,” Gholam says. “I can speak on behalf of all my Christian friends. They would say the same thing." 
The Christians living in Harat Hreik are a bit of an anomaly, to be sure. Christians represent a sizable population in Lebanon, though no census has been held in decades. And while Beirut's neighborhoods are gradually becoming more integrated, they still divide largely along religious lines. The fragile peace is under deep strain as regional tensions swirl because of the conflict next door in Syria.

Not fanning the flames

In Hezbollah's early days, its creed was "virulent," and in the past, it may have been responsible for fanning some of those flames. But as Hezbollah gained power and joined the political system, that changed, says Paul Salem, director of the Carnegie Endowment Middle East Center.
“It doesn’t carry with it an anti-Christian strain anymore," he says. "That’s almost entirely gone. It’s not in their rhetoric, it’s not in their creed.” 

Recently, when the Shiite holiday of Ashura was approaching, the streets were choked with residents shopping and passing out sweets and blanketed with black banners commemorating the martyrdom of Hussein Ali. But Christians live openly here, and they describe Hezbollah as a tolerant group that has steadfastly supported their presence, even sending Christmas cards to Christian neighbors like Gholam.
Gholam, who throws a party every year in honor of Nasrallah’s birthday and places a photo of him in her Christmas tree, is certainly an anomaly. But other Christian families also speak approvingly of their life under Hezbollah, especially when compared to its predecessor, Amal, which they say forced many Christian residents to sell their homes. In contrast, Hezbollah extended financial support to the Christian families when Dahiyeh needed rebuilding after the civil war and the 2006 war with Israel.

Rony Khoury, a Maronite Christian who was born in Harat Hreik and still lives in the same apartment, says he feels comfortable drinking alcohol on his front porch, in full view of members of Hezbollah, and his wife feels no pressure to don a head scarf or follow other rules governing Muslim women's attire. They have property in a predominantly Christian area of Beirut, but have no desire to move.
“After Hezbollah came, we didn’t have any worries,” Mr. Khoury says, citing safe streets. "The security is No. 1 in the world. I leave my car open, I forget something outside…. It's very safe now, under Hezbollah."
Only between 10 and 20 of the pre-civil war Christian families remain, out of the thousands who lived there before the fighting. While the numbers are low, Khoury insists that many would come back, if only they could afford it. But property values have climbed, and many of those who left can’t afford to move back.
Of course, there are calculations behind Hezbollah's magnanimity. Hezbollah’s political alliance with the Lebanese Christian political party, the Free Patriotic Movement, is important to the group, and it “bends over backward to keep those relations comfortable,” Mr. Salem says.
It might also be a way to one-up Sunnis in Lebanon, with whom Shiites are constantly vying for dominance. “They pride themselves on saying they’re more tolerant, more open than Sunnis. In Lebanon, it’s a point of pride,” Salem says.
Both Khoury and Gholam, as well as neighborhood Shiites who dropped by their homes, said there are far more issues with Sunnis.
"Shiite extremists like Hezbollah, they come to our church" as a show of support, says Khoury. "But Sunni extremists, like Salafis, they kill me, they kill you."

Things could change

Ultimately, it is Hezbollah’s foreign backers dictating the mood in Harat Hreik. If it became politically expedient for Hezbollah to abandon its acceptance of Christian neighbors, Hezbollah would be compelled to make life difficult for them.
“For Iran and Syria, their main backers, Hezbollah is mainly a strategic force against Israel. That’s the point – not creating an Islamic state or fighting a sectarian war," Salem says. “Hezbollah is a very top-down organization. If Iran decrees something else, something else will happen.”
But that’s not something Gholam can fathom.
"I will never even think about Hezbollah giving anyone a hard time. I can't even think about answering that question," she says.

Tuesday, 27 November 2012

obama II : la purge et le pacte



Obama II : la purge et le pacte 

Thierry Meyssan
Réseau Voltaire 

Damas, 27 novembre 2012

JPEG - 27.9 ko

M. et Mme Kerry, M. et Mme Assad, lors d’un déjeuner privé, dans un restaurant damascène, en 2009.
Disposant d’une légitimité renforcée par sa réélection, le président Barack Obama se prépare à lancer une nouvelle politique étrangère : tirant les conclusions de l’affaiblissement économique relatif des États-Unis, il renonce à gouverner seul le monde. Ses forces poursuivent leur départ d’Europe et leur désengagement partiel du Moyen-Orient pour se positionner autour de la Chine. Dans cette perspective, il veut à la fois distendre l’alliance russo-chinoise en formation et partager le fardeau du Moyen-Orient avec la Russie. Il est par conséquent prêt à appliquer l’accord sur la Syrie, conclu le 30 juin à Genève (déploiement d’une Force de paix de l’ONU principalement composée de troupes de l’OTSC, maintien au pouvoir de Bachar el-Assad s’il est plébiscité par son peuple).

Cette nouvelle politique étrangère se heurte à de fortes résistances à Washington. En juillet, des fuites organisées dans la presse avaient fait capoter l’accord de Genève et avaient contraint Kofi Annan à la démission. Le sabotage semble avoir été ourdi par un groupe d’officiers supérieurs qui n’admettent pas la fin de leur rêve d’empire global.
À aucun moment cette problématique n’a été évoquée lors de la campagne électorale présidentielle, les deux principaux candidats s’accordant sur le même virage politique et ne s’opposant que sur la manière de le présenter.
Aussi Barack Obama a t-il attendu le soir de sa victoire pour donner le signal d’une purge discrètement préparée depuis des mois. La démission du général David Petraeus de ses fonctions de directeur général de la CIA a été largement médiatisée, mais elle n’était que le hors d’œuvre. Les têtes de bien d’autres officiers supérieurs vont rouler dans la poussière.
La purge touche d’abord le Commandeur suprême de l’OTAN et commandant de l’EuCom (amiral James G. Stravidis), qui termine son tour, et son successeur prévu (le général John R. Allen). Elle se poursuit avec l’ex-commandant de l’AfriCom (général William E. Ward) et son successeur depuis un an (général Carter Ham). Elle devrait emporter également le patron du Bouclier antimissile (général Patrick J. O’Reilly) et d’autres encore de moindre importance.
Chaque fois, les officiers supérieurs sont soit accusés d’affaires de mœurs, soit de détournements de fonds. La presse US s’est rassasiée de détails sordides sur le triangle amoureux impliquant Petraeus, Allen et la biographe du premier, Paula Broadwell, en passant sous silence que celle-ci est lieutenant colonel du Renseignement militaire. Selon toute vraisemblance, elle a été infiltrée dans l’entourage des deux généraux pour les faire tomber.
La purge à Washington a été précédée, en juillet, de l’élimination de responsables étrangers qui s’opposaient à la nouvelle politique et étaient impliqués dans la Bataille de Damas. Tout s’est passé comme si Obama avait laissé faire le ménage. On pense par exemple à la mort prématurée du général Omar Suleiman (Égypte) venu effectuer des examens dans un hôpital états-unien, ou à l’attentat contre le prince Bandar ben Sultan (Arabie saoudite), sept jours plus tard.
Il reste à Barack Obama à composer son nouveau cabinet en trouvant des hommes et des femmes capables de faire accepter sa nouvelle politique. Il compte surtout sur l’ancien candidat démocrate à l’élection présidentielle et actuel président de la Commission des affaires étrangères du Sénat, John Kerry. D’ores et déjà Moscou a fait savoir que sa nomination serait bienvenue. Surtout, Kerry est connu pour être « un admirateur de Bachar el-Assad » (The Washington Post) qu’il a souvent rencontré dans les années précédentes [1].
Reste à savoir si les démocrates peuvent accepter de perdre un siège au Sénat, et si Kerry prendra le secrétariat d’État ou celui de la Défense.
Dans le cas, où il prendrait le département d’État, la Défense échoirait à Michèle Flournoy ou à Ashton Carter qui poursuivraient les restrictions budgétaires en cours. Dans le cas ou Kerry prendrait la Défense, le département d’État reviendrait à Susan Rice, ce qui ne manquerait pas de poser quelques problèmes : elle s’était montrée fort discourtoise lors des derniers veto russe et chinois, et ne paraît pas avoir le sang froid pour ce poste. Au demeurant, les Républicains tentent de lui faire barrage.
John Brennan, connu pour ses méthodes particulièrement sales et brutales, pourrait devenir le prochain directeur de la CIA. Il serait chargé de tourner la page des années Bush en liquidant les jihadistes qui travaillèrent pour l’Agence et en démantelant l’Arabie saoudite qui n’est plus d’aucune utilité. À défaut, la mission serait confiée à Michael Vickers, voire à Michael Morell, l’homme de l’ombre qui se tenait aux côtés de George W. Bush un certain 11-Septembre et lui dicta son comportement.
Le sioniste et néanmoins réaliste Antony Blinken pourrait devenir conseiller national de sécurité. Il pourrait réveiller le plan qu’il avait élaboré, en 99 à Shepherdstown, pour Bill Clinton : faire la paix au Proche-Orient en s’appuyant sur… les Assad.
Avant même la nomination du nouveau cabinet, le virage politique s’est déjà concrétisé avec la reprise des négociations secrètes avec Téhéran. En effet, la nouvelle donne exige d’abandonner la politique d’isolement de l’Iran et de reconnaître enfin la République islamique comme une puissance régionale. Première conséquence : les travaux de construction du gazoduc qui reliera South Pars, le plus grand champ gazier du monde, à Damas, puis à la Méditerranée et à l’Europe ont repris ; un investissement de 10 milliards de dollars qui ne pourra être rentabilisé qu’avec une paix durable dans la région.

La nouvelle politique étrangère d’Obama II va bouleverser le Moyen-Orient en 2013 dans le sens inverse de celui annoncé par les médias occidentaux et du Golfe.

Monday, 26 November 2012

gaza, 6 raisons pour une offensive selon beyrouth



Les résultats de l’offensive israélienne à Gaza au cœur de toutes les analyses

Scarlett HADDAD

L’entrée en vigueur de la trêve à Gaza permet aux protagonistes de reprendre leur souffle et aux analystes de prendre du recul par rapport à cette confrontation sanglante, en dressant les bilans des pertes et des profits.
Au Liban, les divisions politiques internes se reflètent sur les approches et en gros, on peut dire que le 8 Mars considère que le Hamas, la résistance palestinienne et l’axe dit de la résistance en général ont remporté une victoire éclatante, alors que le 14 Mars préfère amplifier les acquis américains et égyptiens et ne parle pas d’une défaite israélienne.

Si le 14 Mars se réfère en général au bilan en vies humaines et en destructions pour affirmer qu’on ne peut pas parler d’une victoire palestinienne, le 8 Mars lui rappelle les objectifs déclarés et cachés de l’opération israélienne contre Gaza. Selon les sources du 8 Mars, le Premier ministre israélien aurait donc lancé son offensive pour cinq raisons : d’abord à cause des élections législatives qui devraient se tenir en janvier 2013. Netanyahu aurait voulu rétablir la fameuse équation de dissuasion qui permettait à Israël d’empêcher les Palestiniens de lancer leurs missiles par crainte des représailles. Deuxièmement, Netanyahu a voulu, à travers cette opération, tester le président américain fraîchement réélu et le placer dans une situation difficile face au Congrès qui, lui, est acquis au lobby juif. À ce sujet, il est bon de préciser que depuis le premier instant de l’offensive israélienne, le président américain s’est empressé de déclarer son appui total à Israël en mettant en avant son droit à se défendre. Mais en même temps, il a lancé une vaste opération diplomatique pour tenter de mettre un terme à l’escalade et empêcher Israël de se lancer dans une offensive terrestre. Obama a ainsi contacté les Français, les Britanniques, les Turcs et les Égyptiens pour leur demander d’intervenir. Troisièmement, le Premier ministre israélien a voulu tester les véritables intentions du nouveau président égyptien qu’il n’arrivait pas vraiment à cerner. D’un côté, Mohammad Morsi avait annoncé son attachement aux accords déjà conclus (Camp David) et en même temps, au Sinaï, la situation devenait de plus en plus instable et donc menaçante pour Israël. Quatrièmement, le Premier ministre israélien voulait tester le bouclier antimissile, installé en Israël et appelé le dôme d’acier. Enfin, il voulait aussi tester les capacités palestiniennes et les armes qui leur ont été remises par les Iraniens.

Des sources palestiniennes vont encore plus loin et affirment que l’offensive israélienne était aussi destinée à éliminer l’aile dure au sein du Hamas dont Ahmad al-Jaabari était l’une des principales figures pour faciliter le projet de l’intégration du Hamas dans un processus politique, dans la foulée de la prise du pouvoir dans le monde arabe par les organisations islamistes évoluant autour des Frères musulmans et agréées par les États-Unis et par certains États arabes. Ces mêmes sources affirment que le projet final israélien est de pacifier Gaza pour la transformer en une sorte de province égyptienne, alors que la Cisjordanie serait placée sous le contrôle de la Jordanie, liquidant ainsi la cause palestinienne. Ce n’est pas un hasard, estiment ces sources, si les protestations ont commencé dans le royaume hachémite, réclamant la chute du roi, alors que jusqu’à présent, celui-ci était épargné...

Les Israéliens ont donc lancé leurs avions dans le ciel de Gaza bombardant intensivement des cibles déjà choisies selon les banques de données de leurs services de renseignements. Ils ont réédité le scénario de 2006 au Liban, lorsqu’ils croyaient à travers les frappes aériennes intensives avoir détruit les principales rampes de lancement de missiles à Gaza notamment ceux de longue portée (Fajr 5) fournies par les Iraniens. En même temps, les Israéliens pensaient, à travers cette offensive et l’affaiblissement de l’aile dure du Hamas, pousser le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à renoncer à son projet de demander le 29 novembre à l’ONU l’acceptation de la Palestine comme État observateur. Cette démarche est très importante pour Israël puisqu’en devenant un État ayant le statut d’observateur, la Palestine obtient le statut d’État et peut désormais déposer une plainte contre Israël devant la Cour internationale de La Haye (qui reçoit des plaintes d’État à État).

Les analystes du 8 Mars poursuivent leur lecture de l’offensive israélienne en précisant que le premier résultat des frappes est que les missiles à longue portée ont continué à pleuvoir sur Israël, le domicile du chef d’état-major ayant été ainsi atteint, alors que le Premier ministre et le ministre de la Défense ont dû descendre dans les abris, ainsi que 3 millions d’Israéliens. Jusqu’à la dernière minute, avant l’entrée en vigueur du cessez-le feu, les missiles palestiniens ont continué à tomber sur Israël, pour montrer que l’arsenal de la résistance palestinienne n’a pas été sérieusement entamé et que le Hamas, le Jihad islamique et les autres organisations ne sont pas affaiblis.
Enfin, par la voix du Premier ministre de son gouvernement, Ismaïl Haniyé a remercié officiellement tous ceux qui ont aidé les Palestiniens, à leur tête l’Iran. Il sera donc désormais plus difficile de détruire l’aile dure du mouvement qui a montré son efficacité sur le terrain, malgré l’assassinat de son chef Ahmad al-Jaabari. Si donc, pour les Israéliens, le rôle de l’Égypte comme parrain de Gaza s’est confirmé, celui de l’Iran l’a été aussi et l’opération de récupération des organisations palestiniennes par les Arabes dits modérés et la Turquie est devenue plus difficile, alors que les différentes composantes palestiniennes n’ont jamais paru aussi unies. Le moins qu’on puisse donc dire à ce stade, est que le bilan de l’offensive israélienne est mitigé. Mais il est sans doute encore trop tôt pour tirer toutes les conclusions. Il faudra sans doute attendre l’issue des élections israéliennes le 23 janvier prochain pour émettre un jugement.

Sunday, 18 November 2012

israel veut deporter les palestiniens en jordanie



Pourquoi une nouvelle guerre contre Gaza?

À nouveau Israël attaque Gaza et les médias internationaux relaient des images de désolation. Cependant la sidération que provoque l’horreur quotidienne de cette nouvelle guerre ne doit pas nous empêcher de l’analyser et d’en comprendre les objectifs. Thierry Meyssan répond à cette question. 

Thierry Meyssan
Damas, 17 novembre 2012

JPEG - 16.6 ko

Le 14 novembre 2012, les Forces armées israéliennes ont lancé l’opération « Colonne de Nuées » contre les installations administratives et militaires du Hamas dans la Bande de Gaza. Dès le premier jour, elles ont assassiné Ahmed Jaabari, numéro 2 de la branche armée de l’organisation palestinienne. Elles auraient également détruit des rampes de lancement souterraines de missiles sol-sol Fajr 5.
« Colonnes de Nuées » a rapidement pris une grande ampleur, l’aviation israélienne multipliant les bombardements. L’état-major israélien a procédé au rappel de 30 000 réservistes, rapidement étendu à 75 000 hommes au risque de désorganiser l’économie. De la sorte, Israël se met en capacité d’envahir la Bande de Gaza avec des troupes au sol. Cette situation appelle plusieurs explications.

Pourquoi maintenant ?

Tel-Aviv prend l’initiative alors que le pouvoir à Washington est partiellement vacant. On attend la nomination de nouveaux secrétaires d’État et à la Défense. Possiblement, il s’agirait de l’ambassadrice Susan Rice et du sénateur John Kerry. Cependant, une âpre lutte, par presse interposée, tente de disqualifier Mme Rice. Quoi qu’il en soit, les secrétaires d’État et à la Défense sortants sont affaiblis et leurs successeurs ne sont pas encore nommés.
Identiquement Tel-Aviv avait pris une initiative similaire, l’opération « Plomb durci », lors de la période de transition entre les présidents Bush Jr. et Obama.
Certains commentateurs évoquent aussi la proximité des élections législatives israéliennes et laissent entendre que Benjamin Netanyahu et Avigdor Lieberman cherchent à parfaire leur image de faucons intransigeants.
C’est peu probable. En effet, ils lancent cette attaque sans en connaître à l’avance le résultat. Or, en 2008-2009, l’échec de « Plomb durci » fut fatal au gouvernement d’Ehud Olmert.

Dans quel but ?

Traditionnellement les Forces armées israéliennes adaptent leurs objectifs de guerre aux occasions qui se présentent.
Au minimum, il s’agit d’affaiblir la Résistance palestinienne en détruisant infrastructures et administrations dans la Bande de Gaza, comme cela est fait à intervalles plus ou moins réguliers. Cependant, l’affaiblissement du Hamas sera automatiquement profitable au Fatah en Cisjordanie ; et ce dernier ne manquera pas de pousser un peu plus loin sa revendication de reconnaissance d’un État palestinien par les Nations Unies.
Au maximum, « Colonne de Nuées » peut ouvrir la voie à un vieux plan sioniste : la proclamation de la Jordanie comme État palestinien, le transfert de la population de Gaza (voire aussi de Cisjordanie) en Jordanie, et l’annexion des territoires vidés. Dans ce cas, l’opération militaire ne doit pas viser indistinctement tous les responsables du Hamas, mais uniquement ceux qui sont opposés à l’ancien chef politique de l’organisation, Khaled Mechaal. Ce dernier étant appelé à devenir le premier président d’un État palestinien de Jordanie.

Les troubles en Jordanie sont-ils liés ?

La guerre de Syrie a étouffé l’économie jordanienne. Le Royaume s’est rapidement endetté. Le gouvernement a annoncé le 13 novembre (c’est-à-dire la veille du déclenchement de « Colonne de Nuées ») une hausse des prix de l’énergie allant jusqu’à 11 % pour les transports publics et 53 % pour le gaz domestique. Cette nouvelle a alimenté un mouvement de contestation qui existe à l’état rampant depuis le début de l’année. Immédiatement, environ la moitié des 120 000 professeurs des écoles publiques ont fait grève.
Vendredi 16, plus de 10 000 personnes ont manifesté au cœur d’Amman aux cris de : « La liberté vient de Dieu ! », « Abdallah ton temps est révolu ! », «  Le peuple veut la chute du régime ! ». Le cortège est parti de la mosquée Husseini et était encadré par les Frères musulmans.
Les Frères musulmans, qui ont conclu un accord avec le département d’État US et avec le Conseil de coopération du Golfe, sont déjà au pouvoir au Maroc, en Tunisie, en Libye, en Égypte, et à Gaza. En outre, ils contrôlent la toute nouvelle Coalition nationale syrienne. Ils ambitionnent de gouverner la Jordanie avec ou sans le roi Abdallah II.
Le plus célèbre des Frères musulmans jordanien est Khaled Mechaal, ancien chef de la branche politique du Hamas. Mechaal a vécu en exil de 2001 à 2012 à Damas, sous la protection de l’État syrien. En février 2012, il a soudain accusé le gouvernement de Bachar el-Assad de réprimer son propre peuple et a choisi de déménager au Qatar où l’émir Hamad al-Thani s’est montré particulièrement généreux avec lui.

Les troubles en Syrie sont-ils liés ?

En juin dernier, un accord de paix a été conclu à Genève par les grandes puissances. Toutefois, il a été immédiatement saboté par une faction US qui a organisé des fuites dans la presse à propos de l’implication occidentale dans les événements, forçant ainsi le médiateur Kofi Annan à démissionner. Cette même faction a alors par deux fois tenté d’en finir militairement en organisant deux attaques massives de Damas, le 18 juillet et le 26 septembre. Au vu de ces échecs, l’administration Obama est revenue à l’accord initial et s’est engagée à le mettre en œuvre après l’élection présidentielle et le changement de cabinet.
L’accord prévoit le déploiement d’une Force de paix des Nations Unies, principalement composée de contingents de l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC). Cette force aurait pour mission de séparer les belligérants et d’arrêter les jihadistes étrangers introduits en Syrie. En laissant la Russie se réinstaller au Proche-Orient, Washington espère se soulager du fardeau de la sécurité d’Israël. La Russie veillerait à ce que l’État sioniste ne soit plus attaqué et à ce qu’il n’attaque plus personne. Le retrait militaire US du Proche-Orient pourrait donc se poursuivre et Washington retrouverait une marge de manœuvre qu’il a perdue du fait de son tête-à-tête permanent avec Tel-Aviv.
Dans cette perspective, les partisans de l’expansionnisme israélien doivent agir à Gaza, et éventuellement en Jordanie, avant le déploiement russe.

Quels sont les premières conclusions de la guerre en cours ?

La guerre a mis à l’épreuve la défense anti-aérienne israélienne. L’État sioniste a investi plusieurs centaines de millions de dollars dans la création du « Dôme d’acier », un système capable d’intercepter toutes les roquettes et missiles tirés depuis Gaza ou le Sud du Liban.
Ce dispositif est apparu inopérant lorsque le Hezbollah a envoyé un drone survoler la centrale de Dimona ou lorsqu’il a testé des missiles sol-sol Fajr-5.
Durant les trois premiers jours de « Colonne de Nuées », le Hamas et le Jihad islamique ont riposté aux bombardements israéliens par des salves de roquettes et missiles. Le « Dôme d’acier » serait parvenu à intercepter 210 tirs sur un peu plus de 800. Cependant cette statistique ne signifie pas grand chose : le dispositif ne semble capable d’intercepter que des roquettes assez primitives, comme les Qassam, et être inadapté à tout armement un tant soit peu sophistiqué.

Thursday, 1 November 2012

beirut bombing: dgse + mossad


The Sore Losers of the Syrian Crisis

Thierry Meyssan
Beirut, 1 November 2012

In 2010, France made the choice to breath new life into its colonial policy. This led her to instigate a regime change in the Ivory Coast and Libya, and to aim for the same result in Syria. But faced with the fiasco of the latter operation, Paris got carried away by the wave of events that she herself unleashed. After having armed and trained terrorist groups in Syria, the DGSE has now struck at the heart of the Lebanese capital. 

During a recent Round Table in Ankara, Admiral James Winnfeld, Vice-Chairman of the U.S. Joint Chiefs of Staff, announced that Washington would reveal its intentions toward Syria once the 6 November presidential elections were over. He made it plainly understood to his Turkish counterparts that a peace plan had already been negotiated with Moscow, that Bashar al-Assad would remain in power and that the Security Council would not authorize the creation of buffer zones. For his part, Herve Ladsous, the U.N. Assistant Secretary General for Peacekeeping Operations, announced that he was studying the possible deployment of peacekeepers ("blue helmets") in Syria.
All regional actors are preparing for the cease-fire which will be overseen by a U.N. force composed principally by troops of the Collective Security Treaty Organization (Armenia, Belarus, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Russia, Tajikstan). These events signify that the United States is effectively continuing a process, begun in Iraq, of retreat from the region and has accepted to share its influence with Russian.
At the same time, the New York Times revealed that direct negotiations between Washington and Iran are slated to restart even as the United States continues its attack on Iranian monetary values. It is becoming clear that, after 33 years of containment, Washington is acknowledging that Teheran is an established regional power, all the while continuing to sabotage its economy.
This new situation comes at the expense of Saudi Arabia, France, Israel, Qatar and Turkey all of whom had placed their bets on regime change in Damascus. This diverse coalition is now suffering divisions between those demanding a consolation prize and those trying to sabotage outright the process underway.
Ankara has already changed its tune. Recep Tayyip Erdogan, previously ready for the worst, is now actively seeking reconciliation with Teheran and Moscow. Several days after insulting the Iranians and harrassing the Russian diplomats in his country, he is now all smiles. He took advantage of the Organization of Economic Cooperation in Baku to approach President Mahmoud Ahmadinejad. He proposed a complex framework for discussing the Syrian crisis which would allow Turkey and Saudi Arabia not to be left by the wayside. Careful not to humilate the losers in the conflict, the Iranian president indicated he was open to such an initiative.
As for Qatar, it is already seeking new horizons for its ambitions. Emir Hamad took off on a trip to Gaza, posing as the self-appointed protector of Hamas. He advocates the overthrow of the King of Jordan, the transformation of the Hashemite monarchy into a Palestinian republic and the installation in power of his proteges from the Muslim Brotherhood.
Only Israel and France remain in the opposition camp. The new scheme would offer a guarantee of protection to the state of Israel but it would also alter its special status on the international scene and end its expansionist dreams. Tel-Aviv would be relegated to being a secondary power. France, also, would lose influence in the region, particularly in Lebanon. Accordingly, the intelligence services of both states have concocted an operation to collapse the U.S.-Russia-Iran agreement which, even if it fails, would allow them to erase the traces of their involvement in the Syrian crisis.
France started by circulating the rumor that President Bashar al-Assad sponsored a Hezbollah plan to assassinate five Lebanese leaders: the head of the security forces, the head commander of the Ministry of the Interior, the Grand Mufti, the Maronite Patriarch and former prime minister, Fouad Siniora. Then, Paris took out Michel Samaha, who had served as liaison to the Syrian armed forces but who, having been disgraced in Damascus, was no longer of use. This brilliant and adept politician fell into the trap set for him by General Wassam el-Hassan, head of the Free Syrian Army and himself a liaison with the Salafists. Next, Paris eliminated General Wassam el-Hassan himself, who had not only become useless in the eventual advent of peace in Syria but also dangerous because of what he knew. The French rumor became reality : the number one name on the list of targets is dead and a pro-Syrian figure was arrested as he was preparing an attack on another name on the list.
At the core of these machinations is General Puga. The former Commander of Special Operations and Director of French Military Intelligence was the head of the personal general staff of President Nicolas Sarkozy and has been retained in that post by Francois Hollande. Linked by his unconditional support for the Jewish colonial occupation of Palestine [1] and having close connections to American neoconservatives, he carried forward French colonial policies in the Ivory Coast, Libya and Syria. Bypassing democratic institutions, he determined on his own the direction of French policy in the Middle East, despite his having no official appointment.
[1] "Gaza: France oversees the extension of the Separation Wall," Voltaire Network, 26 December 2009.
Michele Stoddard

Information Clearing House (USA)

Moral Collapse and Mental Disorder

Pierre Khalaf, Ghaleb Kandil
Beirut, 30 October 2012

During the last few days, the Lebanese watched live on television some of the chapters of the resounding collapse of the March 14 forces in the streets of Beirut, Tripoli and Sidon, one which reached its dramatic peak with the scandalous attempt to storm the Serail. This constituted a failed and outrageous act, both politically and morally.
Firstly, the moral and cultural collapse of the March 14 forces has been featured in their actions since the assassination of General Wissam al-Hassan. Indeed, the political front that delivered lectures and launched campaigns in rejection of the weapons, all weapons, under the headline that the state and the national institutions were the only guarantors of all aspects of life, and the front which claimed to be peaceful since the assassination of Prime Minister Rafik al-Hariri in 2005 and tried to appear oppressed and aggressed, unleashed a campaign of political and security violence which led the country to the brink of civil war. It did so by exploiting the assassination, without raising one slogan related to the investigations and the trials. It thus sought the use of the crime to achieve an immoral goal, i.e. return to power, without having a political program or making any pledges to change the situation. The only aim was to replace Prime Minister Najib Mikati with leader of the Future Movement Saad al-Hariri.
Secondly, what happened on the ground was not a street anarchy as some like to claim to lift any responsibility which might fall on the March 14 command for having recruits thugs and riff-raff in an organized sabotage campaign, during which the citizens were assaulted and public life was paralyzed due to the mobile riots and violence. Indeed, the Lebanese regions witnessed the erection of checkpoints controlled by armed elements that beat the passersby, attacked the cars and practiced provocative sectarian violence against hundreds of Lebanese in the Bekaa and the coastal road linking Beirut to the South. At this level, information circulated about the fact that many young men were thrown off the Awwali Bridge, while dozens were stabbed with knives in the Naame and Katermaya regions. In the meantime, shootings occurred in an organized way in Beirut, Tripoli, Sidon and Akkar, in addition to the emergence of a form of political terrorism which led to the killing of a Sunni sheikhs and cadres opposing the Future Movement on the political level. Moreover, armed groups from the Future Movement militias, the so-called Free Army and Takfiri organizations were deployed, thus causing the streets to be occupied by Lebanese or Syrian armed gangs. Hence, the street mayhem did not feature a spontaneous popular action, and this marked the epitome of moral collapse.
Thirdly, the goal which is linked to the return to power through the spread of methodic chaos and anarchy stripped the March 14 forces of any moral quality and exposed the core of their action. At this level, the facts registered a popular abstinence from cooperating with these forces’ calls, despite their exploitation of the shed blood once again and their use of all possible means, including the spread of rumors, the mobilization of a massive media machine, the rallying of thousands of Syrian refugees and the distribution of money. All these measures failed to revive the old scenes of the consecutive events organized in the years which followed the assassination of Prime Minister Rafik al-Hariri. The storming of the Serail on the other hand constituted the peak of the mental and political disorder prevailing over the March 14 command, which raised the slogan of toppling the government while thinking it could lead to Mikati’s exit upon the orders and calls of Al-Sanioura against the backdrop of the assassination. It was as though the Lebanese had forgotten about the fact that the man remained unaffected by and did not even consider resignation in light of the series of assassinations which occurred during his term. This command thought that its faltering political muscles had the ability to amend the American and Israeli positions which revolved around the necessity of sparing stability in Lebanon, as it was clearly seen in the Baabda declaration which constituted a strong blow to Al-Hariri’s and Geagea’s illusions.
Fourthly, the storming of the Serail in itself confirmed the moral collapse. This was clearly detected by the citizens when comparing what was done by the March 14 forces during the days of Al-Sanioura’s government, i.e. when they fiercely defended the premiership and its headquarters, and was recalled by Mufti Sheikh Rashid Qabbani. At this level, the emergence of the gangs of the so-called Free Army constituted a dramatic and expressive turning point, especially after they placed their flag above the Lebanese flag on the Serail door, in parallel to the presence of Israeli agents among the crowds which could not be widened despite the calls of Deputy Nouhad al-Mashnouk and the shouting of Deputy Muin al-Merhebi, with the sole purpose of enhancing the attack on the Serail guards.
The desperate team following the collapse of the wager on Syria’s fall and the attempts to return to power at whichever price, acted without any cover from its American and European sponsors, knowing that the latter have no intention of becoming involved in a battle or a coup in Lebanon out of fear from the consequences of this the lethal adventure inside their last area of influence. This reveals the mental and nervous disorder prevailing over the March 14 command, one which led it to adopt hysterical and arbitrary decisions as it is proceeding with its game in the North and seeking the besieging of the Lebanese army with depletion. The regional and international balances and calculations have changed, and political stupidity mixed with spite can only lead this team to commit foolish acts. That is the reality behind the events witnessed during the last few days in a country whose people yearn for civil peace and reject strife, at a time when the March 14 forces are recruiting mercenaries to attack the Lebanese army and state which they are trying to reach, as it was stated by the prime minister.

News Analysis.
By Nasser Kandil

During his meeting with United Nations Envoy to Syria Lakhdar Brahimi and the delegation accompanying him, Syrian President Bashar al-Assad discussed the developments affecting the situation in Syria, the efforts deployed By Brahimi and the outcome of his recent tour in a number of states in the region. President Al-Assad stressed Syria’s support of the efforts of the UN envoy, assuring it was open to any honest attempts to seek a political solution to the crisis, based on the respect of Syrian sovereignty and the rejection of foreign intervention. He added that any initiative or political process should be based on ending terrorism, with all that this requires in terms of commitments by the states implicated in supporting and arming the terrorists in Syria to stop doing so.
On the other hand, President Bashar al-Assad issued a decree granting a general pardon for all the crimes committed before 23/10/2012. In statements to the national news agency SANA, Justice Minister Dr. Najm Hamad al-Ahmad said that the pardon issued by President Al-Assad was the most comprehensive in the history of the Syrian Arab Republic, and fell in the context of social tolerance, national unity and the requirements of coexistence on the occasion of the Holy Eid al-Adha. He considered that this constituted a step in a series of steps announced by President Al-Assad on more than one occasion.

New Orient News (Lebanon)

Monday, 29 October 2012

attentat beyrouth: dgse + mossad


Les mauvais perdants de la crise syrienne

Thierry Meyssan
Beyrouth, 28 octobre 2012

En 2010, la France a fait le choix de relancer sa politique coloniale. Cela l’a conduit à changer le régime en Côte d’Ivoire et en Libye, puis à essayer de la faire en Syrie. Mais face à l’échec de cette troisième opération, Paris se trouve emporté par les événements qu’il a provoqués. Après avoir armé et encadré des groupes terroristes en Syrie, la DGSE a frappé au cœur de la capitale libanaise.  

Lors d’une table ronde à Ankara, l’amiral James Winnefeld, chef d’état-major adjoint des USA, a confirmé que Washington révélerait ses intentions à l’égard de la Syrie, dès l’élection présidentielle du 6 novembre terminée. Il a clairement fait comprendre à ses interlocuteurs turcs qu’un plan de paix avait déjà été négocié avec Moscou, que Bachar el-Assad resterait en place et que le Conseil de sécurité n’autoriserait pas la création de zones tampons. De son côté, le secrétaire général adjoint de l’ONU chargé des opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a confirmé qu’il était en train d’étudier les possibilités de déploiement de casques bleus en Syrie.
Tous les acteurs de la région se préparent donc à un cessez-le-feu imposé par une force onusienne principalement composée de troupes de l’Organisation du Traité de sécurité collective (Arménie, Biélorussie, Karazkhstan, Kirghizistan, Russie, Tadjikistan). De facto, cela signifie que les Etats-Unis poursuivent leur retrait de la région, débuté en Irak, et acceptent d’y partager leur influence avec la Russie.
Simultanément, le New York Times a révélé que des pourparlers directs vont reprendre entre Washington et Téhéran, alors même que les États-Unis s’appliquent à couler la monnaie iranienne. En clair, après 33 ans de containement, Washington admet que Téhéran est une puissance régionale incontournable, tout en continuant à saboter son économie.
Cette nouvelle donne se fait au détriment de l’Arabie saoudite, de la France, d’Israël, du Qatar et de la Turquie qui avaient tous misé sur un changement de régime à Damas. Cette coalition hétéroclite se divise désormais entre ceux qui réclament un lot de consolation et ceux qui tentent de saboter le processus en cours.
D’ores et déjà, Ankara a changé son fusil d’épaule. Recep Tayyip Erdogan, qui se disait prêt au pire, tente de se réconcilier avec Téhéran et Moscou. Quelques jours après avoir insulté les Iraniens et fait molester des diplomates russes, il est devenu tout sourire. Il a profité du sommet de l’Organisation de Coopération Economique à Bakou pour rencontrer le président Mahmoud Ahmadinejad. Il lui a proposé de mettre en place un dispositif complexe de discussion sur la crise syrienne qui permette à la fois à la Turquie et à l’Arabie saoudite de ne pas rester au bord du chemin. Soucieux de ne pas humilier les perdants, le président iranien s’est montré ouvert à cette initiative.
Le Qatar, de son côté, est déjà en quête de nouveaux espaces pour ses ambitions. L’émir Hamad s’est offert un voyage à Gaza et s’est posé en protecteur du Hamas. Il verrait d’un bon œil le renversement du roi de Jordanie, la transformation du royaume hachémite en une république palestinienne et l’installation au pouvoir de ses protégés de la Confrérie des Frères musulmans.
Restent Israël et la France qui ont constitué un front du refus. La nouvelle donne serait une garantie de protection pour l’État d’Israël, mais mettrait fin à son statut particulier sur la scène internationale et ruinerait ses rêves expansionnistes. Tel-Aviv serait ravalé au rang de puissance secondaire. Quand à la France, elle y perdrait son influence dans la région, y compris au Liban. C’est dans ce contexte que les services secrets des deux États ont conçu une opération pour faire échouer l’accord USA-Russie-Iran. Dans l’hypothèse où cette opération échouerait, elle devrait quand même permettre d’effacer les preuves de l’ingérence dans la crise syrienne.
La France a d’abord fait circuler une rumeur selon laquelle le président Bachar el-Assad aurait commandité au Hezbollah l’assassinat de cinq personnalités libanaises : le chef des Forces de sécurité intérieure, le directeur des forces du ministère de l’Intérieur, le grand mufti, le patriarche maronite et l’ancien Premier ministre Fouad Siniora. Puis, Paris a sacrifié Michel Samaha —qui lui servait d’agent de liaison avec les services syriens, mais venait de tomber en disgrâce à Damas et était donc devenu inutile—. Le brillant et versatile politicien est tombé dans un piège tendu par le général Wissam el-Hassan —chef des FSI et lui même agent de liaison avec les salafistes—. Puis, Paris a sacrifié le général Wissam el-Hassan, qui non seulement était devenu inutile en cas de paix en Syrie, mais dangereux tant il savait de choses. Ainsi la rumeur française s’est réalisée : le premier sur la liste des cibles est mort, et une personnalité pro-syrienne a été arrêtée en préparant un attentat contre une autre cible de la liste.
Au cœur de cette machination, on trouve le général Benoît Puga. Cet ancien commandant des Opérations spéciales et directeur du Renseignement militaire français a été chef de l’état-major particulier du président Nicolas Sarkozy et a été maintenu à son poste par le président François Hollande. Affichant un soutien inconditionnel à la colonie juive de Palestine [1] et des relations privilégiées avec les néo-conservateurs US, il a relancé la politique coloniale de la France en Côte d’Ivoire, en Libye et en Syrie. Il était l’agent traitant à la fois de Michel Samaha et de Wissam el-Hassan. Il est aujourd’hui l’homme fort à Paris. En violation des institutions démocratiques, il gouverne seul la politique proche-orientale de la France, bien que cette attribution ne corresponde pas à ses fonctions officielles.

[1] « Gaza : la France supervise le prolongement du Mur de séparation », Réseau Voltaire, 26 décembre 2009.

Le 14-Mars multiplie les erreurs : rupture avec Walid Joumblatt 

29 octobre 2012

Depuis l’assassinat du général Wissam al-Hassan, le 14-Mars multiplie les erreurs politiques. Il a d’abord fait de mauvais calculs, en pensant pouvoir rééditer le scénario de 2005, lorsqu’il a pris le pouvoir dans le sillage de l’assassinat de l’ancien Premier ministre, Rafic Hariri. En optant pour l’agitation populaire et la violence dans la rue, il a pensé que, le chef du gouvernement, le centriste Najib Mikati, intimidé, démissionnerait de son poste. Mais ce dernier, fin limier de la politique, a su saisir les tendances internationales et a compris que la stabilité du Liban est la priorité des pays occidentaux. Déterminé, il a résisté à toutes les pressions et fait face à la campagne de terreur. Et c’est avec la bénédiction de la « communauté internationale » que l’Armée libanaise a repris le contrôle du terrain, occupé un temps par les milices du Courant du futur. 
• Le Hezbollah a qualifié de « calomnies » les accusations du chef des Forces libanaises, Samir Geagea, dans l’affaire de l’assassinat du général Wissam al-Hassan. « Le chef des Forces libanaises, qui est condamné dans une série de grands crimes qu’il avait perpétrés contre des individus et des groupes libanais, et notamment contre l’ancien Premier ministre Rachid Karamé, nous a gratifiés d’une rengaine d’accusations infondées à propos d’un rôle d’exécutant qu’aurait tenu le Hezbollah dans l’assassinat du général martyr Wissam el-Hassan », indique le communiqué. « Nous rejetons entièrement ces accusations et nous y voyons une tentative flagrante de jeter de l’huile sur le feu sectaire et d’aggraver la tension dans le pays ». « Cela, aucun sage ne saurait l’accepter à l’exception de ceux qui ont bien voulu servir gratuitement l’ennemi israélien et ses complots criminels », conclut le communiqué.
 Les enquêteurs libanais dans l’assassinat du général Wissam al-Hassan ont reçu le soutien, jeudi, d’une équipe de la police fédérale US. Les agents du FBI sont déjà sur le lieu de l’attentat, à d’Achrafié, à la recherche d’éléments et d’indices. La venue d’enquêteurs du FBI avait été convenue lors d’un entretien téléphonique, lundi, entre Najib Mikati et Hillary Clinton. Le Hezbollah avait exprimé son mécontentement de la venue des policiers états-uniens. Le secrétaire général adjoint du parti, cheikh Naïm Kassem, avait réclamé une enquête à 100 % libanaise.
• Selon le quotidien libanais Ad Diyar, une entreprise française spécialiste de la protection des personnalités et de la sécurité des établissements a proposé au Liban d’envoyer 300 responsables de sécurité et agents anti-terroristes contre une somme de 120 millions de dollars par an. L’entreprise indique qu’elle est en mesure de déjouer 95 % des éventuels incidents à condition qu’elle dispose d’une grande liberté d’action. Problème : pourra-t-elle se rendre dans la banlieue sud de Beyrouth ?

Revue de presse


Al Akhbar (24 octobre 2012)
Ibrahim El-Amine
À la suite de l’assassinat du général Wissam el-Hassan, les forces du 14-Mars n’ont pas tardé à pointer du doigt la Syrie. L’unique objectif de cette accusation était de mobiliser son public, sachant qu’elle ne sort pas du contexte politique de l’action de ce camp qui mise sur la chute du régime syrien.
Cependant, les déclarations des responsables sécuritaires et des ténors du 14-Mars correspondent-elles aux éléments ressortant de l’enquête relative à l’attentat ? L’enquête s’articule, pour le moment, sur trois éléments principaux. Le premier est lié aux données tangibles concernant la scène de l’attentat. Il consiste à identifier les personnes observées par une caméra de surveillance installée dans les lieux de l’attentat. Les images montrent que quelques heures avant l’explosion, une voiture, garée dans la ruelle où l’attentat a eu lieu, a cédé sa place à la voiture Toyota de type RAV4, qui a était piégée. L’enquête est en cours pour savoir si la première voiture en question y était stationnée dans l’objectif de réserver une place au véhicule piégé. Le deuxième élément de l’enquête relève d’un procédé déductif qui consiste à analyser les données téléphonique et décrypter les appels qui ont eu lieu dans la région avant et après l’explosion dans une tentative d’identifier les auteurs potentiels de l’attentat. Le troisième élément consiste à savoir par quels moyens le général Wissam el-Hassan a été surveillé. À cet effet, les appels effectués par el-Hassan avant et après avoir quitté Berlin où il était accompagné du Directeur général des FSI, Ashraf Rifi, et d’une délégation sécuritaire, ont été examinés. Et la liste des personnes que le responsable sécuritaire a contactées durant cette période a été mise en place. Les autorités judiciaires compétentes ont rapporté qu’el-Hassan avait contacté une journaliste, et qu’ils s’étaient entendus pour se rencontrer dans son bureau secret d’Achrafié vendredi matin, soit le jour de l’attentat. La justice demandera, par conséquent, aux enquêteurs de convoquer la journaliste, qui était l’un des informateurs d’el-Hassan, afin de recueillir sa déposition. Cette mesure permettrait à la justice de répondre aux questions suivantes : Y avait-il un moyen de communication entre la journaliste et el-Hassan autre que le téléphone portable ? Le contact entre eux a-t-il eu lieu avant ou après l’arrivée d’el-Hassan au Liban ? La journaliste a-t-elle informé une partie tierce, en personne, par téléphone, ou par un autre moyen de télécommunication électronique de sa rencontre prévue avec el-Hassan ? Aurait-elle évoqué la présence du bureau secret d’el-Hassan ? La journaliste a-t-elle passé des appels téléphoniques après avoir quitté le bureau d’el-Hassan à Achrafié ?


Ad Diyar (Quotidien libanais proche de la majorité-25 octobre 2012)
Une source officielle syrienne haut placée affirme que c’est la France qui aurait assassiné le général Wissam el-Hassan en raison de certaines informations confidentielles qui étaient en sa possession. Quant à la Syrie, qui a déjà suffisamment de problèmes, elle ne fera rien qui puisse lui en causer d’autres. Wissam el-Hassan, poursuivent ces sources, aurait commencé, grâce à Michel Samaha, à faire la lumière sur les relations secrètes entre la Syrie et la France : l’ancien ministre l’aurait en effet mis au courant d’informations dangereuses portant sur la relation entre ces deux pays ainsi que sur son propre rôle secret d’intermédiaire. Samaha aurait donc dévoilé les dessous de la relation syro-française, au niveau des services de renseignements en particulier, ce qui a poussé la France à vouloir liquider Wissam al-Hassan. Il n’est d’ailleurs pas exclu que Michel Samaha soit éliminé à son tour pour enterrer les grands secrets relatifs aux renseignements français et syriens. La France ne souhaiterait en tout cas pas que les États-uniens découvrent ses relations secrètes et son rôle en Syrie et dans la région, d’autant plus que Wissam el-Hassan avait commencé à tisser des liens avec les États-Unis.
L’Orient-Le Jour (Quotidien francophone proche du 14-Mars)
New Orient News (Liban)

Thursday, 25 October 2012

imf revolutionary paper: 100% reserve backing


IMF's epic plan to conjure away debt and dethrone bankers 

So there is a magic wand after all. A revolutionary paper by the International Monetary Fund claims that one could eliminate the net public debt of the US at a stroke, and by implication do the same for Britain, Germany, Italy, or Japan.

Ambrose Evans-Pritchard
21 Oct 2012

One could slash private debt by 100pc of GDP, boost growth, stabilize prices, and dethrone bankers all at the same time. It could be done cleanly and painlessly, by legislative command, far more quickly than anybody imagined.
The conjuring trick is to replace our system of private bank-created money -- roughly 97pc of the money supply -- with state-created money. We return to the historical norm, before Charles II placed control of the money supply in private hands with the English Free Coinage Act of 1666.
Specifically, it means an assault on "fractional reserve banking". If lenders are forced to put up 100pc reserve backing for deposits, they lose the exorbitant privilege of creating money out of thin air.
The nation regains sovereign control over the money supply. There are no more banks runs, and fewer boom-bust credit cycles. Accounting legerdemain will do the rest. That at least is the argument.
Some readers may already have seen the IMF study, by Jaromir Benes and Michael Kumhof, which came out in August and has begun to acquire a cult following around the world. 

Entitled "The Chicago Plan Revisited", it revives the scheme first put forward by professors Henry Simons and Irving Fisher in 1936 during the ferment of creative thinking in the late Depression.
Irving Fisher thought credit cycles led to an unhealthy concentration of wealth. He saw it with his own eyes in the early 1930s as creditors foreclosed on destitute farmers, seizing their land or buying it for a pittance at the bottom of the cycle.
The farmers found a way of defending themselves in the end. They muscled together at "one dollar auctions", buying each other's property back for almost nothing. Any carpet-bagger who tried to bid higher was beaten to a pulp.
Benes and Kumhof argue that credit-cycle trauma - caused by private money creation - dates deep into history and lies at the root of debt jubilees in the ancient religions of Mesopotian and the Middle East.
Harvest cycles led to systemic defaults thousands of years ago, with forfeiture of collateral, and concentration of wealth in the hands of lenders. These episodes were not just caused by weather, as long thought. They were amplified by the effects of credit.
The Athenian leader Solon implemented the first known Chicago Plan/New Deal in 599 BC to relieve farmers in hock to oligarchs enjoying private coinage. He cancelled debts, restituted lands seized by creditors, set floor-prices for commodities (much like Franklin Roosevelt), and consciously flooded the money supply with state-issued "debt-free" coinage.
The Romans sent a delegation to study Solon's reforms 150 years later and copied the ideas, setting up their own fiat money system under Lex Aternia in 454 BC.
It is a myth - innocently propagated by the great Adam Smith - that money developed as a commodity-based or gold-linked means of exchange. Gold was always highly valued, but that is another story. Metal-lovers often conflate the two issues.
Anthropological studies show that social fiat currencies began with the dawn of time. The Spartans banned gold coins, replacing them with iron disks of little intrinsic value. The early Romans used bronze tablets. Their worth was entirely determined by law - a doctrine made explicit by Aristotle in his Ethics - like the dollar, the euro, or sterling today.
Some argue that Rome began to lose its solidarity spirit when it allowed an oligarchy to develop a private silver-based coinage during the Punic Wars. Money slipped control of the Senate. You could call it Rome's shadow banking system. Evidence suggests that it became a machine for elite wealth accumulation.
Unchallenged sovereign or Papal control over currencies persisted through the Middle Ages until England broke the mould in 1666. Benes and Kumhof say this was the start of the boom-bust era.
One might equally say that this opened the way to England's agricultural revolution in the early 18th Century, the industrial revolution soon after, and the greatest economic and technological leap ever seen. But let us not quibble.
The original authors of the Chicago Plan were responding to the Great Depression. They believed it was possible to prevent the social havoc caused by wild swings from boom to bust, and to do so without crimping economic dynamism.
The benign side-effect of their proposals would be a switch from national debt to national surplus, as if by magic. "Because under the Chicago Plan banks have to borrow reserves from the treasury to fully back liabilities, the government acquires a very large asset vis-à-vis banks. Our analysis finds that the government is left with a much lower, in fact negative, net debt burden."
The IMF paper says total liabilities of the US financial system - including shadow banking - are about 200pc of GDP. The new reserve rule would create a windfall [a large amount of money that is won or received unexpectedly]. This would be used for a "potentially a very large, buy-back of private debt", perhaps 100pc of GDP.
While Washington would issue much more fiat money, this would not be redeemable. It would be an equity of the commonwealth, not debt.
The key of the Chicago Plan was to separate the "monetary and credit functions" of the banking system. "The quantity of money and the quantity of credit would become completely independent of each other."
Private lenders would no longer be able to create new deposits "ex nihilo". New bank credit would have to be financed by retained earnings.
"The control of credit growth would become much more straightforward because banks would no longer be able, as they are today, to generate their own funding, deposits, in the act of lending, an extraordinary privilege that is not enjoyed by any other type of business," says the IMF paper.
"Rather, banks would become what many erroneously believe them to be today, pure intermediaries that depend on obtaining outside funding before being able to lend."
The US Federal Reserve would take real control over the money supply for the first time, making it easier to manage inflation. It was precisely for this reason that Milton Friedman called for 100pc reserve backing in 1967. Even the great free marketeer implicitly favoured a clamp-down on private money.
The switch would engender a 10pc boost to long-arm economic output. "None of these benefits come at the expense of diminishing the core useful functions of a private financial system."
Simons and Fisher were flying blind in the 1930s. They lacked the modern instruments needed to crunch the numbers, so the IMF team has now done it for them -- using the `DSGE' stochastic model now de rigueur in high economics, loved and hated in equal measure.
The finding is startling. Simons and Fisher understated their claims. It is perhaps possible to confront the banking plutocracy head without endangering the economy.
Benes and Kumhof make large claims. They leave me baffled, to be honest. Readers who want the technical details can make their own judgement by studying the text here.
The IMF duo have supporters. Professor Richard Werner from Southampton University - who coined the term quantitative easing (QE) in the 1990s -- testified to Britain's Vickers Commission that a switch to state-money would have major welfare gains. He was backed by the campaign group Positive Money and the New Economics Foundation.
The theory also has strong critics. Tim Congdon from International Monetary Research says banks are in a sense already being forced to increase reserves by EU rules, Basel III rules, and gold-plated variants in the UK. The effect has been to choke lending to the private sector.
He argues that is the chief reason why the world economy remains stuck in near-slump, and why central banks are having to cushion the shock with QE.
"If you enacted this plan, it would devastate bank profits and cause a massive deflationary disaster. There would have to do `QE squared' to offset it," he said.
The result would be a huge shift in bank balance sheets from private lending to government securities. This happened during World War Two, but that was the anomalous cost of defeating Fascism.
To do this on a permanent basis in peace-time would be to change in the nature of western capitalism. "People wouldn't be able to get money from banks. There would be huge damage to the efficiency of the economy," he said.
Arguably, it would smother freedom and enthrone a Leviathan state. It might be even more irksome in the long run than rule by bankers.
Personally, I am a long way from reaching an conclusion in this extraordinary debate. Let it run, and let us all fight until we flush out the arguments.
One thing is sure. The City of London will have great trouble earning its keep if any variant of the Chicago Plan ever gains wide support. 

Monday, 22 October 2012

wissam al hassan, suspect du meurtre de hariri


Wissam Al Hassan, la dague du dispositif sécuritaire saoudien au Proche orient.

20 octobre 2012
René Naba

Paris- Réplique sismique de la décapitation de la hiérarchie militaire syrienne, le 18 juillet dernier à Damas (1), l’assassinat du Général Wissam Al-Hassam, l’homme lige du clan Hariri sur le plan sécuritaire au Liban, a retenti comme un revers stratégique majeur du camp atlantiste, à forte charge symbolique, à forte portée psychologique.
Se superposant à la destruction des sanctuaires de Tombouctou (Nord Mali) par les affidés du Qatar, Ansar Eddine, et à l’assassinat de l’ambassadeur des Etats-Unis en Libye, Christopher Evens, à la date hautement symbolique du 11 septembre à Benghazi par les obligés néo islamistes de l’Amérique, le dégagement sanglant de Wissam al Hassan, va sans nul doute opérer un profond bouleversement du paysage politique tant au Liban, qu’au-delà, sur l’ensemble du Moyen orient.
Survenant trois mois jour pour jour après l’attentat de Damas, la déflagration de Beyrouth, le 19 octobre, en plein fief chrétien de la capitale libanaise, constitue une parfaite illustration des dérives incontrôlées du conflit syrien et de ses retombées sur le Liban, dont les conséquences pourraient s’avérer gravement dommageables tant pour le clan Hariri au Liban, que pour son parrain saoudien, que pour leur parrain commun, les Etats-Unis, par ricochet pour la Syrie elle-même et le clan Assad et ses alliés, alors que la zone frontalière syro libanaise paraît complétement gangrénée par des trafics en tous genres, d’infiltrations de djihadistes de tous poils et d’apprentis sorciers sulfureux surgis de nulle part à la recherche d’odeurs de poudre, prélude à la constitution d’un «Sunnitoland».
A cinq mois de l’ouverture du procès Hariri à la Haye, la disparition de ce témoin faisandé, embourbé dans la gestion d’un nouveau mystérieux faux témoin de l’affaire Michel Samaha, Milad Kfouri, pour cruel que soit ce constat, arrangerait bon nombre de protagonistes de cette épreuve de force interminable entre le camp atlantiste et ses contestataires régionaux en vue de la maîtrise du jeu régional.
Quelle soit ou non impliquée dans cet attentat, quelle que soit son degré d’implication, la Syrie va immanquablement être pointée du doigt et criminalisée selon un processus identique à celui qui a prévalu lors de l’attentat contre l’ancien premier ministre Rafic Hariri, le 15 Février 2005.
Au-delà des accusations fondées ou pas, force est toutefois d’admettre que le fait que l’attentat se soit produit en plein fief chrétien de la capitale libanaise, à proximité d’une permanence du parti Phalangiste, une des principales formations chrétiennes libanaises, témoigne, sept ans après le retrait syrien du Liban, sinon de la dextérité des services syriens, si les charges anti syriennes étaient fondées, à tout le moins de la négligence coupable de la victime et de ses services qui n’auront su, en dépit des considérables moyens mis à leur disposition, déjouer les menées hostiles.
L’homme bénéficiait d’une sorte de passe-droit et ses services d’un quasi de statut d’extra-territorialité du fait de ses protections pétro monarchiques, dont il a usé et abusé pour impulser, malgré ses déboires, sa promotion aux plus hauts échelons de la hiérarchie militaire et doté ses services d’un important budget et d’équipements sophistiqués fournis abondamment par les pays occidentaux.
L’élimination du chef d’un service de renseignements à la dévotion de la famille Hariri, ancien garde de corps rescapé lui-même de l’attentat contre ancien premier ministre Rafic Hariri, au rôle primordial dans la mise en circulation de «faux témoins» du procès Hariri et de l’enquête à charge du Tribunal Spécial sur le Liban, paraît devoir fragiliser considérablement le leadership politique du Clan Hariri au Liban, rendant même problématique le retour dans l’immédiat à Beyrouth du chef du clan Hariri son chef, l’ancien premier ministre Saad Hariri, en exil depuis le début du «printemps arabe», il y a deux ans.
Personnage clé des opérations de déstabilisation anti-syriennes, interlocuteur privilégié des services français et américains, artisan de l’arrestation de l’ancien ministre libanais pro syrien Michel Samaha, maître d’œuvre du rapprochement franco syrien sous la présidence de Nicolas Sarkozy, Wissam Al Hassan était surtout et avant tout la dague sécuritaire du dispositif régional saoudien.
Son assassinat revêt dans cette perspective un magistral camouflet au maître d’œuvre de la contre-révolution arabe, le Prince Bandar Ben Sultan, le chef des services de renseignements saoudiens en ce qu’elle le prive d‘un de ses plus fidèles lieutenants, alors que le Royaume se trouve en phase de turbulence avec les révoltes populaires de la région d’Al Assir, fragilisé par l’absence des principaux dirigeants du pays, Le Roi Abdallah, en hospitalisation prolongée hors du pays depuis trois mois, de même que le ministre des Affaires étrangères, Saoud Al Faysal.
Dans la tradition des chefs du renseignement du Moyen-Orient, le général Hassan est un personnage énigmatique, redouté dans son propre pays, comme l’était son modèle maronite Johnny Abdo. Et si le masque énigmatique masquait en fait une réputation non justifiée?

Johnny Abdo, le mentor maronite

Les légendes ont la vie dure, quand bien même l’état de service ne le justifie pas.
Bachir Gemayel, président du Liban en 1982, et Rafic Hariri, chef du gouvernement en 1992, auront eu le même mentor: Johnny Abdo, ancien chef du service des renseignements de l’armée libanaise, dont son parrainage leur sera fatal en même temps qu’il le discréditait. Mais cet homme énigmatique, au rôle occulte, interface des services occidentaux pendant trente ans, continue de bénéficier d’un halo de mystère.
Conseiller militaire du chef phalangiste durant la guerre civile en infraction à ses fonctions officielles au sein de l’armée régulière libanaise, son agent de liaison auprès des services occidentaux et de leurs alliés régionaux, cheville ouvrière de la campagne visant à son élection à la tête de l’état libanais en remplacement du président Elias Sarkis, dans la foulée de l’invasion israélienne du Liban, en 1982, puis de la campagne visant après son assassinat à propulser son frère aîné Amine à sa succession, Johnny Abdo est un homme de l’ombre par excellence.
Le flou entretenu sur ses origines, il serait de souche palestinienne, la rapidité avec laquelle il aurait été naturalisé, sa facile incorporation dans l’armée qui plus est dans un service aussi sensible que le renseignement, la consonance anglo-saxonne de son prénom dans un environnement arabe, la singularité pour ce colonel de décliner son identité selon son statut civil et non par son grade dans l’armée, contrairement à l’usage observé par tous les officiers libanais passés à la notoriété, ont accentué le mystère qui l’entoure.
Ancien bras droit du Colonel Gaby Lahoud, véritable patron du renseignement moderne libanais et artisan de son intrusion dans la vie politique locale après la première guerre civile libanaise, en 1958, homme de sang-froid sans état d’âme apparent, d’origine étrangère cultivant le secret de surcroît, Johnny Abdo focalise une large part de la vive suspicion que les Libanais nourrissent à l’égard d’une institution qui pendant près de deux décennies est apparue comme le gouvernement occulte du Liban aux procédés jugés sans rapport avec l’éthique démocratique et républicaine.
S’il peut se targuer d’avoir propulsé ses deux poulains au pouvoir, son bilan est sujet à caution. Bachir Gemayel, éphémère président du Liban, a été tué dans un attentat quelques jours avant sa prise fonction, alors que Rafic Hariri, s’il a battu un record de longévité gouvernementale dans l’histoire du Liban avec un double mandat de dix ans, a implosé en pleine trajectoire après avoir mis en coupe réglée l’économie du pays et grevé le trésor d’une dette publique de 42 milliards de dollars.
Mais le reproche le plus grave que cet homme de l’ombre encourt est d’avoir fourvoyé le camp chrétien dans une alliance exclusive avec les Israéliens au mépris du voisinage arabe du Liban, accentuant son isolement; d’avoir instrumentalisé son propre camp pour satisfaire des ambitions présidentielles, et, au niveau de l’armée, d’avoir rompu la traditionnelle fraternité d’armes lors de l’élection présidentielle libanaise de 1998.
La ténébreuse affaire du faux témoin syrien Mohamad Zuheir Siddick, témoin à charge contre la Syrie dans le procès en instance de l’assassinat de Rafic Hariri, qui lui aurait été partiellement imputée, aura été fatale à sa réputation, le signe patent de l’échec d’un homme qui aura sinistré son pays plus qu’aucun autre et voué au bûcher deux de ses poulains pour la satisfaction de ses ambitions présidentielles contre les intérêts à long terme de son pays.
Johnny Abdo fait l’objet d’une citation à comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris, sur requête du Général Jamil As Sayyed, ancien directeur général de la sûreté libanaise, un des quatre officiers arbitrairement détenus pendant trois sur la base des dépositions du faux témoin en question. Un épisode qui a couvert de ridicule le Tribunal spécial sur le Liban et les auteurs de la manipulation. L’échec est patent. Mais la légende perdure.

Le disciple: Wissam Hassan, la version sunnite de l’homme de l’ombre

Son zèle scolaire lui a sauvé la vie, mais gâché sa vie. Lors du plus fort séisme politique de l’histoire moderne du Liban, le plus important attentat meurtrier de l’histoire de ce pays, qui a emporté 23 personnes et blessés plus d’une centaine blessés, dont l’assassinat de l’espoir de l’Occident en terre arabe, Rafic Hariri, l’homme en charge de sa protection était tranquillement assis sur les bancs d’un amphithéâtre de l’Université libanaise, entrain de noircir sa copie.
Un hasard qui lui a certes sauvé la vie
, mais gâché sa vie, l’empoisonnant même au-delà de toute attente, tant est lourde la suspicion qui pèse sur cet homme animé d’un pressant besoin de respectabilité universitaire.
Son nom sera ainsi irrémédiablement associé au grand ratage de sa vie, l’assassinat de Rafic Hariri, dont il était chargé de sa protection rapprochée, qu’il n’a ni prévu, ni anticipé, ni entravé, ni déjoué, davantage préoccupé par sa promotion universitaire que par la sauvegarde de son bienfaiteur.
En pleine épreuve de force entre la Syrie et son patron, au paroxysme d’un conflit régional, dont des personnalités libanaises, notamment Marwane Hamadé, ministre des télécommunications (octobre 2004), en étaient déjà les victimes, au titre de dommage collatéral, signe annonciateur de plus grands malheurs, sur fond d’un traumatisme psychologique majeur provoqué par l’éviction du pouvoir des sunnites d’Irak et la propulsion, pour la première fois depuis Saladin (Salah Eddine Al Ayoubi), d’un Kurde à la tête de l’ancien siège de l’Empire, Bagdad, ancienne capitale des abbassides, (Janvier 2005), à l’arrière-plan d’un bain de sang quotidien et d’une fermentation intégriste au Liban, Wissam Al-Hassan, avait demandé d’anticiper la soutenance de sa thèse, couronnement d’un enseignement en informatique à l’Université libanaise sous la conduite du professeur Yahya Rabih.
Une thèse qui portait, non sur la stratégie de contre guérilla, ou, les règles d’engagement des actions armées en milieu insurrectionnel urbain, voire même le décryptage des réseaux de télécommunications, alors noyautées par les services occidentaux et Israéliens, mais en Sciences Humaines sur le “Management et relations humaines” sans qu’il ait été possible de savoir si cet intitulé anodin couvait l’art de la manipulation de l’opinion ou la gestion de faux témoin comme cela se révélera par la suite.

Un étrange alibi

Responsable de la sécurité de Rafic Hariri au moment de son assassinat, il était devenu le principal point de contact entre l’enquête et les Forces de sécurité intérieure. Sauf que le chef des gardes de corps, grassement payé, n’était pas dans le convoi le jour de l’explosion. Et son alibi manque de conviction.
Selon les révélations de la télévision publique canadienne CBC, en date du 22 novembre 2010, le Colonel Wissam Hassan dira aux enquêteurs de l’ONU, le 9 juillet 2005, que la veille de l’assassinat, le 13 février, son professeur, Yahya Rabih, lui avait téléphoné pour l’informer qu’il devait passer un examen le lendemain.
Vingt minutes plus tard, a-t-il dit aux enquêteurs, Hariri l’a appelé pour lui demander de venir le voir. Le colonel Hassan s’est présenté à la résidence de Hariri à 21 h 30 ce soir-là, et a obtenu la permission de son patron d’aller passer son examen le lendemain. Il a passé toute la matinée du lendemain à étudier pour cet examen, a-t-il expliqué aux enquêteurs de l’ONU, et a débranché son téléphone à son arrivée à l’université, soit à peu près au moment où Hariri est mort. “Si je n’avais pas passé cet examen, a dit Hassan aux enquêteurs, j’aurai été avec Hariri au moment de sa mort.
Mais le relevé des appels téléphoniques de Hassan donnait une toute autre version des faits. En réalité, c’est en fait tait le colonel Hassan qui avait pris l‘initiative d’appeler son professeur, et non l’inverse.
Les stations cellulaires autour de la maison du colonel Hassan montraient également que, le lendemain, il avait passé les heures précédant l’assassinat de Hariri au téléphone, soit le temps qu’il avait soi-disant passé à étudier. Il a fait 24 appels, soit en moyenne un appel toutes les neuf minutes.
Ce que les enquêteurs de l’ONU trouvaient également bizarre, c’était que, normalement, les hauts responsables des services de sécurité du Liban ne passent pas d’examens. “Son alibi est faible et incohérent, dit un rapport confidentiel de l’ONU, qui qualifie Hassan de “possible suspect dans le meurtre de Hariri”.
Le rapport, dont CBC News a obtenu une copie, a été rédigé fin 2008 pour Garry Loeppky, un ancien haut gradé de la GRC qui avait repris le poste d’enquêteur en chef de l’ONU cet été là. L’alibi de Hassan, pouvait-on lire dans le document, «ne semble pas avoir fait l’objet d’une vérification indépendante”. Ce n’était pas par manque de volonté de la part des enquêteurs de l’ONU. Ceux-ci auraient voulu vérifier l’alibi de Hassan. Mais M. Serge Brammertz, le deuxième commissaire de l’ONU, avait catégoriquement rejeté l’idée. Il considérait Hassan comme un contact trop important et que toute enquête de ce genre serait trop dérangeante.

Une enquête sous tension

Le rapport confidentiel concède qu’une enquête sur Hassan pourrait avoir des inconvénients: “Les relations de la commission avec les FSI pourraient en souffrir et si, d’une manière ou d’une autre, il a été impliqué dans le meurtre de Hariri, le réseau pourrait décider de l’éliminer”.
Néanmoins, le rapport affirme que le colonel Hassan “est un interlocuteur clé pour la commission – il est particulièrement bien placé pour influencer notre enquête. C’est pourquoi il importe de résoudre certaines questions concernant sa loyauté et ses intentions. Il est donc recommandé de mener une enquête discrète sur WAH ” Mais même cela n’a pas été fait.
La direction de la commission de l’ONU a ignoré la recommandation. Aujourd’hui encore, d’anciens enquêteurs de l’ONU ont des soupçons sur Hassan qui, font-ils remarquer, a finalement été éliminé du cercle de l’enquête. “C’était un personnage louche, a dit de lui un ancien haut responsable de l’ONU. Je ne crois pas qu’il ait participé au meurtre, mais il est impossible de dire ce qu’il savait”.
Bien qu’il leur ait été intimé l’ordre d’abandonner cette piste, les enquêteurs de l’ONU ont réussi à récupérer les registres des appels téléphoniques de Hassan pour la fin de 2004 et pour 2005 au complet. Durant cette période, il avait eu 279 discussions avec Hussein Khalil, l’adjoint principal du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Khalil, de son côté, avait parlé 602 fois avec Wafik Safa, connu dans le milieu du renseignement comme étant l’homme fort du service de sécurité interne du Hezbollah.
Mais personne n’a interrogé Hassan non plus au sujet de ces appels.
Toutefois, Hassan avait également ses défenseurs. Il est resté un proche allié du fils de Hariri, Saad, l’ancien premier ministre du Liban, qui lui a renouvelé sa confiance après ses révélations.
L’homme pouvait rendre service et le prouvera dans sa gestion du faux témoin Zuhayr Muhammad Siddiq remonte à septembre 2005. Le 26 septembre 2005, la commission d’enquête internationale entend la déposition de Siddiq en présence du Colonel Hassan. Le lendemain, Siddiq établit une reconnaissance de sa participation directe à l’assassinat de Hariri, un document contresigné par l’officier libanais.
Depuis, Hassan était accusé d’avoir participé à la falsification de la déposition. Le colonel rejettera cette accusation assurant que sa présence était uniquement justifiée pour les besoins de la traduction des propos tenus en arabe par Siddiq. Des accusations persistantes de l’opposition libanaise désignent le Colonel Hassan comme l’homme qui, sous l’autorité du clan Hariri, a assuré la gestion du dossier du faux témoin Zouheir Siddiq.
Dans un zèle compensatoire, Wissam Hassan veillera à maintenir l’enquête sur les rails menant à la Syrie, dégageant de son passage, pour s’y substituer, les quatre officiers supérieurs en charge de la sécurité du pays, qu’il expédiera en prison, tant pour mettre la main sur les dossiers sensibles de l’affairisme syro-Haririen au Liban, que pour pourvoir au ravitaillement du Tribunal Spécial sur le Liban de son contingent de faux témoins.
L’homme que l’héritier vouait à prendre la tête d’un appareil sécuritaire ultramoderne, à l’effet de faire contrepoids à l’armée et au Hezbollah, la milice chiite armée, l’homme destiné à être le commandant en chef de l’armée sunnite, représentée par les Forces de Sécurité Intérieures (FSI), est, en fait, le talon d’Achille de Saad Hariri dans sa confrontation avec son opposition. Dans le feu de la bataille, alors que le tribunal international menaçait de faire des révélations sur l’implication des plus hautes autorités iraniennes et syriennes, l’Ayatollah Ali Khaménéi, via les troupes d’élite des Pasdarans -la brigade Al Qods »- une fuite opportune révélait au grand jour la nature duplique de cet homme de l’ombre.
La chaîne de télévision libanaise « New TV » diffusait, le 15 janvier 2011, à l’avant-veille de la remise des conclusions de l’enquête internationale, un documentaire montrant Saad Hariri, Wissam Al Hassan, Gerhard Lehman, l’assistant du procureur international, et le faux témoin Zouhair Siddiq, dans des conciliabules s’apparentant à une conjuration de cloportes. Sous réserve de son authenticité, ce document a démasqué, au grand jour, la connivence entre les divers protagonistes du clan pro occidental dans la fabrication des « faux témoins ».
L’origine de la fuite est sujette à controverse. Une hypothèse privilégie la piste de Gerhard Lehman, se fondant sur les précédentes accusations d‘Hassan Nasrallah selon lesquelles l’enquêteur allemand avait cherché à vendre la déposition des témoins de l’enquête internationale. Une autre hypothèse pencherait plutôt vers la piste Wissam Al-Hassan qui, selon cette thèse, aurait fait fuiter la vidéo vers les services syriens pour se prémunir contre un éventuel retour de bâton.
Dans la tradition des chefs du renseignement du Moyen-Orient, le général Hassan est un personnage énigmatique, redouté dans son propre pays, comme l’était son modèle maronite. Et si le masque énigmatique masquait en fait une réputation non justifiée? Et si ces fameux hommes de l’ombre n’étaient que l’ombre de leur réputation? Une meilleure exposition aurait-elle bridé les corrosives nuisances de leurs sombres manigances? Rendue la démocratie au Liban moins ténébreuse?
Le mentor maronite a assisté impuissant à l’implosion de ses deux poulains, le disciple, lui, s’est débattu de l’accusation de désertion, consécutive à son soupçon d’abandon de poste, en pleine bataille politique qui a coûté la vie au sens de sa mission.
Wissam Al Hassan a échoué dans les trois missions majeures à lui assignées durant sa carrière: la protection de Rafic Hariri, la gestion du dossier des faux témoins et le maintien sous verrou des quatre officiers libanais, qui seront libérés après quatre ans de détention avec leur concert de révélations.
Dans la grande épreuve de leur vie, tous les deux ont glané, non le prix d’excellence, mais le zéro pointé. Wissam Hassan, étymologiquement “la distinction honorifique au meilleur”, a assurément démérité son nom. De sa vie, il en a payé le prix.
Pour solde de tout compte sans pour autant que cette mort ne mette un terme à la guerre de l‘ombre que se livrent les deux grands fauves de la guerre clandestine interarabe, Bandar Ben Sultan, l’ancien Great Gatsby de l’establishment américain et son rival syrien,  le colonel Hafez Makhlouf, l’home secret du régime baasiste.


1 – Un attentat-suicide a visé mercredi 18 juillet 2012 à Damas le centre du pouvoir syrien, emportant l’une des figures le plus emblématiques du clan Assad, le général Assef Chawkat, le propre beau-frère de Bachar Al-Assad. L’attentat, qui aurait été mené par un membre de la garde rapprochée d’un des participants à une réunion du Conseil national de sécurité, a emporté plusieurs hauts responsables de l’appareil militaro sécuritaire syrien, notamment le ministre de la défense, Daoud Rajha et le responsable de la cellule de crise chargée de la rébellion, le général Hassan Turkmani.
L’attaque est survenue deux semaines après la défection d’un membre du premier cercle du pouvoir baasiste, le général Manaf Tlass, officier supérieur de la garde présidentielle et fils de l’ancien ministre de la défense, le général Moustapha Tlass..
La polémologie du Moyen orient recense de nombreux attentats infiniment plus spectaculaires et meurtriers que l’attentat de Damas du 18 juillet 2012, dont voici les plus importants
• 1980 : Attentat des Moudjahidine Khalq contre le centre du pouvoir à Téhéran, entraînant l’élimination des certains des principaux dirigeants la hiérarchie politico religieuse de la République islamique iranienne.
• 6 octobre 1981 : Assassinat du président égyptien Anouar El Sadate
• 15 septembre 1982 : Assassinat du président élu libanais Bachir Gemayel, la veille de son entrée en fonction
• 1983 : Attentat de Beyrouth contre l’ambassade américaine provoquant la décapitation de l’Etat-major de la CIA au Moyen orient.
• 1984 : Attentat contre le QG israélien à Tyr, faisant deux cent vingt victimes, dont le commandant des forces israéliennes au Sud Liban.
• 1984 : Double attentat de Beyrouth contre le Quartier général des forces américaines et le Drakkar, le PC français, provoquant une hécatombe, fauchant près de quatre cents soldats et civils.
• 1986 : Attentat d’Aden ourdi par le propre premier ministre Ali Nasser Mohamad contre ses rivaux entrainant la décapitation de toute la hiérarchie marxiste du Yémen sud, provoquant par ricochet une guerre civile et la fuite de M. Ali Nasser vers Damas.
René Naba

« Gène rebelle dans le monde arabe » René Naba : Fragments d’un parcours 1969-2012.


L’équipe de l’AFP Beyrouth durant la première phase de la guerre civile libanaise (1975-1979). De droite à gauche sur la photo :  Boni De Torhout, envoyé spécial au Liban et futur chef du service diplomatique de l’AFP, René Naba, correspondant tournant de l’AFP et futur responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’AFP, Georges Herbouze, directeur du bureau régional de l’AFP Xavier Baron, directeur adjoint du bureau de Beyrouth et futur Rédacteur en chef de l’AFP
L’équipe de l’AFP Beyrouth durant la première phase de la guerre civile libanaise (1975-1979). De droite à gauche sur la photo :
Boni De Torhout, envoyé spécial au Liban et futur chef du service diplomatique de l’AFP,
René Naba, correspondant tournant de l’AFP et futur responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’AFP,
Georges Herbouze, directeur du bureau régional de l’AFP
Xavier Baron, directeur adjoint du bureau de Beyrouth et futur Rédacteur en chef de l’AFP

related posts:

beirut bombing: mossad, again

 lebanon: stl / wikileaks / espionage

hariri's murder: german uranium mini missile

beirut: show of arab unity to prevent new stl plot

intel updates: us/russia/lebanon/uk/turkey/germany/israel/rsa/kennedies

strategy shift in the middle east

beirut: us embassy under fire

proces hariri: paris en porte-a-faux

us at home in beirut, afghan heroin for kosova mob...

washington / beyrouth: espionnage et passe-droit

war council in damascus

lebanon: the real hezbollah

cheney a tue hariri à la demande du hezbollah ;-)

aoun hezbollah links feared by siniora

witness bribed in hariri case

hariri murder: witness paid to charge syria